"SAKINAN GÖZE ÇÖP BATAR" : CHRISTIAN RIZZO AU 66e FESTIVAL D’AVIGNON

DANSE : Christian Rizzo présente "Sakinan Göze Çöp Batar" (C’est l’œil que tu protéges qui sera perforé) / Gymnase du Lycée saint-Joseph du 17 au 21 juillet 2012 à 20 h.

Le chorégraphe Christian Rizzo présente sa nouvelle création au 66e Festival d’Avignon. Une pièce de 50 minutes avec pour interprète le danseur turc Kerem Gebelek, qui sera donnée en première mondiale au Gymnase du lycée saint-Joseph. Le chorégraphe français, à l’oeuvre singulière, dont nous présentions un focus et une interview il y a peu de temps (Lire l’entretien) viendra avec ce solo, n’en doutons pas, illuminer cette 66e édition.

Un homme est assis sur un container en bois. Bonnet bleu et sac à dos lui donnent l’allure d’un voyageur. Au bout du chemin, il se déchausse et danse. Sakinan Göze Çöp Batar est un poème sur l’exil, sur la solitude de l’arpenteur. Son interprète, Kerem Gelebek, vient de Turquie. Il a rejoint la France pour se former au CNCD d’Angers et réside désormais à Berlin. Il a participé à quatre spectacles de Christian Rizzo qui, aujourd’hui, crée pour lui un solo où se croisent et se répondent leurs itinéraires, leurs expériences respectives de l’éloignement : un solo dans lequel le chorégraphe dit « se projeter par procuration ».

Certes, Kerem Gelebek porte la chemise de Christian Rizzo, manipule certains de ses objets fétiches – une table, une plante, quelques livres – et s’approprie son vocabulaire chorégraphique. Mais il développe aussi un langage personnel, mâtiné de danse traditionnelle, d’ondulations et de tourbillons enivrés. De caresses en cassures, il s’insère dans l’univers mélancolique du chorégraphe autant qu’il l’enrichit, le décale et parfois le subvertit. Sur le plateau, Kerem Gelebek se déplace comme un alpiniste.

Avec précision, souplesse et calme, jusqu’à ce qu’il lâche prise, assuré par le chorégraphe qui tient la corde et lui permet ainsi de s’exprimer. En turc, Sakinan Göze Çöp Batar signifie littéralement : «C’est l’œil que tu protèges qui sera perforé.» Ou, dit autrement : c’est en se protégeant qu’on risque le plus de se faire mal. Un titre en forme d’invitation à l’audace, à la confiance, pour un solo où l’autre n’est jamais loin.

A LIRE EGALEMENT : ENTRETIEN AVEC CHRISTIAN RIZZO

66e FESTIVAL D’AVIGNON : Christian Rizzo / "Sakinan Göze Çöp Batar" / Gymnase du Lycée saint-Joseph du 17 au 21 juillet 2012 à 20 h.

Les commentaires sont fermés.

%d bloggers like this: