AVIGNON OFF 2011 : Le goût amer de la défaite…

L’HUMEUR d’A. Héliot

Nous voici arrivés à la 3e semaine de ce Off, presque une fin déjà. Qu’en conserverons-nous pour souvenir ? Une certaine impression de défaite… Voilà résumée en un seul terme toute la "saveur" de ce Off 2011. Le mot est fort certes, mais juste : défaite du Théâtre, d’abord, puisque désormais ce Off appartient à 90 % (comme le dit tout autant que nous Willem, hier dans La Provence) à la retape la plus vulgaire qu’il soit et aux mauvais spectacles…

Défaite du public, également, puisque celui-ci boude ostensiblement les salles. Et défaite des professionnels : programmateurs et journalistes, qui repartent vite fait de ce Off 2011, sans jamais n’avoir connu le moindre frisson…

Et puis, le jeu de mots est trop tentant, nous parlerons également de dé-fête… En ce sens que la fête festivalière qui caractérisait jusqu’alors ce Off d’Avignon, qui célèbre (!) cette année ses 44 ans, cette joie palpable qui animait la rue et la nuit d’Avignon au mois de juillet, n’est plus vraiment là non plus. Défaite encore, et désertion de ce public lassé d’un niveau plus que médiocre côté spectacles, et d’un accueil plus que limite des "organisateurs" de ce Off, l’association AF&C qui ne fait rien pour en améliorer et l’image et la qualité.

Exécrable Off 2011, qui ne donne plus rien à voir que sa propre misère, artistique, intellectuelle, morale, théâtrale… et un appétit outré pour les jeux de pouvoir et de fric.

Défaite absolue, oui. Pas ou peu de découvertes réelles, très peu de très bons spectacles tout court, à l’exception des 5 ou 6 (sur 1143 !) dont nous vous avons parlé… Où est le Théâtre dans tout cela, où est l’Art ? En réalité, le Off, une si belle idée à sa naissance, est devenu, "grâce" aux petits calculs d’AF&C, une foire mercantiliste qui vire au cauchemar…

Il suffit de se balader rue de la République pour constater combien le pire du Off s’est accaparé la voie publique, avec les parades racoleuses et misérables de ces salles lamentables, que sont le Paris ou le Palace (entre autres), qui phagocytent ce Off avec leurs spectacles indignes, et avec un état d’esprit qui n’a plus rien à voir avec l’énergie première de ce Festival…

La faute aux vraies bonnes compagnies, qui désertent Avignon (mais on les comprend), aux loueurs de salles, qui accumulent les richesses sans complexes, et surtout à l’association AF&C, en la personne de son président et de ses sbires, qui ne veut pas faire le tri, et cautionne donc, de fait, cette énorme et désolante farce qui ne fait plus rire personne.

Une défaite absolue dont l’équipe dirigeante d’AF&C doit rendre compte, l’indigence artistique et les intérêts de pouvoir et d’argent les caractérisant plus que jamais. Mais cela, seuls les artistes peuvent en décider vraiment, en reprenant leur destin en mains… S’ils le veulent.

Armand Héliot

About these ads
Comments
8 Responses to “AVIGNON OFF 2011 : Le goût amer de la défaite…”
  1. KRIS dit :

    Et ben non je ne suis pas d’accord j’en suis à ma 4 éme journée de off et dimanche j’envisage de faire la clôture.Je n’ai pas fréquenté les "Paris" , "Capitole " "Forum " ,"Monte charge " et autres …mais je garderai un très bon souvenir de ce off avec parmi la quinzaine de spectacles vus jusqu’à ce jour "Lear et son fou" au Carmes ,"Quelqu’un qui vous ressemble "aux Lucioles ,"Dialogues aux enfers " au Buffon , "Oléanna" à l’Étincelle…et je ne peux pas m’empêcher de penser à tous les bons spectacles que j’ai ratés !!! Et pour ce qui est des spectateurs la plupart des salles étaient bien remplies.
    Un petit conseil si vous arrivez à trouver une place allez voir "Victor Hugo mon amour " à la Condition des soies juste pour les 3 minutes qui suivent les rappels et peut être changerez vous d’avis…ce off même si tout n’est pas parfait c’est bien la victoire du théâtre…

  2. Antoine Roseline dit :

    d’accord avec Prompt et Jean baptiste, !
    Je n’ai vu qu’une dizaine de pièces sur les 1000 proposées mais franchement que du bonheur, des comédiens excellents ! évidemment, je fuis le Paris, le capitole et autres consorts.. ceux qui aiment le théâtre vont plutôt voir Lagarce, Dario Fo , Zweig et l’excellente programmation du Chêne Noir.. ! Au petit chien, l’année derniere, excellente pièce pleine d’émotion, Motobécane (au petit louvre cette année)
    Par contre, je suis admirative quand à la tolérance des avignonnais, notamment pour la circulation routière.. Ca doit vraiment être tres difficile pour eux.. surtout pour ceux qui ne se remplissent pas les poches grâce à des locations hors de prix !
    j’aime vos commentaires… j’en ai suivi certains mais je trouve que vous avez des comptes à régler avec le off .. ça discrédite certains de vos propos..

  3. Bon tout a été pratiquement dit , je compatis pour les riverains , je m’interroge sur ce qu’est la normalité , sur mon gout pour du théâtre de laboratoire , pas surpris sur le coté "foire d’empoigne " des "flyeuristes" , je jouais ce we au festival des Arts Tsiganes de Montricoux (adorable village à coté de Montauban ,et Caussade) et certains me disaient "doudou tu devrais aller jouer à Avignon ton sepctacle de théâtre Forain , et je m’entendais répondre comme Gloser dans "l’Alarme fatale" : <>
    doudou mariolo Nomade de la tribu des Saltimbanques !

  4. Prompt C. dit :

    Et bien NON Monsieur, ce n’est pas une défaite. Sur les 1143 spectacles dîtes-vous ? Vous n’en n’avez surement pas vu beaucoup. Et certainement pas les plus intéressants "artistiquement" j’entends.
    D’ailleurs vous ne devez pas vous déplacer dans les lieux qui ont un réel désir de programmation de création, qui choisissent les compagnies qu’ils souhaitent accueillir par rapport aux qualités artistiques et non pas par rapport au chèque de location.
    Savez-vous qu’il y a encore des coproductions sur le festival et que certains programmateurs de salle sont prêts à prendre des risques ?
    IL y a sur le festival un certain nombre, non négligeable, d’artistes (et aussi de directeur de salle, de programmateur…) qui se posent de vraies questions considérant et revendiquant leur place "d’artiste" dans notre société.
    Certes, nous pouvons parfois nous sentir envahis par le "pire du off" mais les spectateurs ne s’y trompent pas. Et s’il existe un public pour le "pire du off", il existe également un public pour le "meilleur"… (D’ailleurs on vous attend !)
    Nous en faisons la preuve tous les jours. Et même si les spectateurs sont peu nombreux, c’est un vrai bonheur de parler avec eux à la fin de la représentation, ravis d’avoir découvert un vrai travail de création.
    De plus, les professionnels, attentifs aux bruits qui court, viennent régulièrement nous rencontrer.
    Quand à la presse, s’il faut leur arracher un papier en les suppliant où en leur donnant des dessous de table, nous, créateurs et artistes, cela ne nous intéresse pas. Nous avons autre chose à défendre.

  5. Jean-Baptiste dit :

    Savoureuse humeur que celle d’Armand Héliot, que je partage volontiers sur de nombreux points. En particulier, au sujet de la dé-fête civique des éditions du festival depuis plusieurs années déjà. Les échanges spontanés et édifiants entre artistes ou entre spectateurs curieux et éclairés ont laissé place au festival des commerçants ou des réseaux. La rupture est consommée entre l’élitisme et le pur divertissement. Et l’amateur désireux d’avoir ses propres coups de coeur n’ose pas avouer son désarroi. Peut-être est ce pour cela qu’Armand va un peu trop loin un regard catégoriquement désabusé sur tous les spectacles du Off, hormis 5 ou 6? Je ne peux approuver ce jugement définitif, aussi suspect que celui du Prix du Off, tant que tous les spectacles n’auront pas été vus. Par exemple, avez-vous vu Maman Blues, que je viens de voir, au Petit Chien? Mais qui en parle d’ailleurs? Le sourire aux lèvres et les larmes aux yeux, j’y étais sur le fil de l’émotion: du théâtre, du vrai, beau, intelligent, subtil, et qui prouve qu’il existe entre populisme et élitisme une voie populaire et exigeante!
    Mais comme j’ai lu par ailleurs sur votre blog qu’il fallait fuir le Petit Chien, j’ai bien peur qu’il n’y ait des a-priori tenaces qui vous servent de dogmes. Une manière comme une autre, après tout, de faire son chemin dans cet "hypermarché" du spectacle…

  6. Chrome dit :

    Je trouve la réaction de Jérémy excessive. Pas question de sous-estimer la nuisance pour les riverains. Par contre "20 à 35 € pour être assis dans un restaurant transformé en théâtre sans confort", je ne vois pas bien de quel endroit il s’agit.
    Et je ne vois jamais de compagnies insulter les passants non plus.
    « VIVEMENT UN RETOUR A LA NORMALE ! » me gêne franchement.
    La normale, c’est la suppression du festival ? Vu comme ça …

    Pour finir avec l’article du haut de la page, les compagnies ont bien montré leur immobilité. Et puis AFC ne les laissera pas faire si facilement. Les statuts sont bien verrouillés, les adhésions surveillés, C’est la démocratie selon AFC.
    Nous allons donc droit dans le mur.
    Et nous reprends le rêve d’un festival qui se tiendrait autre part dans d’autres conditions et qui ne gênerait donc pas Jérémy…

    • jeremy dit :

      Effectivement pardon j’ai mal tourné ma Phrase , J’adore le Festival , je suis un passionné de theatre et de spectacles , donc la n’est pas le soucis , seulement cette année , je trouve que le prix des représentations ont drolement augmenté et la qualité pas du tout ! Que beaucoup de Compagnies sont franchement agressive ( Alors biensur pas a 9H ou 10H du matin … allez faire un tour Rue de la republique vers 22H ou Minuit on en reparle …. ) .

      Je ne veux pas que le festival s ‘arrete simplement en temps que riverains , j’aimerai beaucoup profiter du positif du festival , et non pas que les inconvenients , mais je pense que beaucoup de gens ne voit pas la meme chose en fonction de leurs quartiers intramuros ( je suis coté droit de republique , et en Rez de chaussé … ) pour ma part en plein quartier populaire entre 2 theatres improvisé … et des tas de snack improvisés egalement …

  7. jeremy dit :

    Tout à fait d ‘accord avec ce Texte , certes un peu extrême . mais avec une vérité de Fond .

    Je m’en vais d ‘ailleurs en courant de ce festival ! Moi Avignonais qui n’en tire que du mauvais , payer 20 A 35€ pour etre assis dans un restaurant transformé en théâtre sans confort , pour voir un spectacle non aboutit .
    Ne plu pouvoir circuler en ville , et quand on le peux voir les trottoir vide et les gens sur la route , qui vous raye votre voiture ( volontairement ) parceque vous désirez accéder à votre logement .
    Se faire agresser et insulter par des compagnies de theatre parceque vous ne souhaitez pas de leurs flyers ( que vous retrouverez d ‘ailleur devant votre pas de porte au milieu des bouteilles de bieres .
    Ne pas fermer l’oeil la nuit , parceque " conservation du patrimoine oblige " vous n’avez pas de double vitrage …. Et Top du TOP reduction de 1€pour l’achat de la carte Off !!! ( et je vous passe les restaurants et les hausses de prix , les supermarché avec moins de services , ect … ° VIVEMENT UN RETOUR A LA NORMALE !

%d bloggers like this: