« FORWARD » & « INTO / INSIDE », DEUX EDOUARD HUE INSPIRES

intooutsidebeaverdamcompany

LEBRUITDUOFF.COM – 23 juillet 2019

AVIGNON OFF 19. Forward / Into Outside – Édouard Hue – Théâtre Golovine – du 5 au 23 juillet 2019.

Forward

Sur une scène sobre et sombre, où seul le corps est mis en lumière et prend vie, la chorégraphie veut représenter le déplacement dans l’espace comme en un combat avec un adversaire imaginaire.

Édouard Hue, sans nul doute, en quête de sens, si ce n’est de sensations pures, parcourt la scène en de multiples déplacements : comme s’il cherchait à percevoir les modifications corporelles induites par l’exploration de l’espace scénique. C’est à la fois un corps en absence de gravitation et un corps électrique, un danseur qui ne semble être soumis qu’aux lois de la physique spatiale. Un voyage en apesanteur, traversant des champs magnétiques de toutes-puissances, puis soudain, une certaine frénésie s’empare de lui, le corps est comme désarticulé, morcelé. La musique cadencée ajoute sa touche syncopée jouant avec une chorégraphie tonique, une mise en place des limites du danseur, réelle performance physique.

Into Outside.

La société se méfie de l’individu : telle pourrait être l’entrée en matière de Into Outside. Une danseuse isolée questionne le groupe par sa « liberté d’expression ». Passé le moment d’étonnement, il est évident que celui-ci va adopter une gestuelle d’encerclement, de domination, pour ramener « l’individu égaré » a une collaboration plus étroite avec le groupe. Avec la gestuelle rythmée, saccadée comme si l’harmonie du groupe était imparfaite, donne l’impression au public d’avancer vers une espèce de manque, un trou.

Le groupe adopte alors le rythme et les mouvements des pas de danses de la jeune femme isolée en l’entourant comme pour former une sorte de protection de la société, accordant ses mouvements aux leurs comme pour la rassurer. Une fusion du tout formera le groupe en créant une unicité grâce au changements de caractères et de comportements qu’ils y ont induits. Le mouvement devient une nouvelle énergie créatrice, alternant avec des moments d’accalmie tout en harmonie avec la musique, stimulante et porteuse.

Un enthousiasme communicatif envahit le plateau.
Une débauche d’énergie dansante clos une belle prestation collégiale.

J’y vais.

André Michel Pouly

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie