« LE DOUBLE », COMEDIE AMERE ET FEROCE

LE-DOUBLE-Copyright-Ben-Dumas-768x510

LEBRUITDUOFF.COM – 27 juillet 2019

AVIGNON OFF 19. « Le Double » – Texte d’après Fiodor Dostoïevski – Adaptation et mise en scène : Ronan Rivière – Théâtre du Petit Louvre (Templiers) du 5 au 28 juillet à 14h30

Après sa mise en scène du Revizor de Gogol, un grand succès du Festival Off 2014, Ronan Rivière revient à la littérature russe de la première moitié du XIXème siècle en adaptant « Le Double », roman de Dostoïevski paru en 1846, avec le Collectif « La Voix des Plumes »

Voilà de nouveau une comédie grinçante qui retrace la descente aux enfers de Jacob Pétrovitch Goliadkine, petit fonctionnaire maladroit et timide qui semble voir, un soir de spleen sur les rives de la Neva, un double de lui-même. Ce n’est pas une illusion, le lendemain on lui présente un homme qui lui ressemble étrangement, qui porte le même nom que lui, nouveau venu dans son service et particulièrement recommandé. Un double de lui-même, plus jeune, séducteur, de belle prestance, qui va jusqu’à devenir son colocataire par une quelconque manigance.

Goliadkine, qui pensait naïvement trouver un nouvel ami, se retrouve ridiculisé, totalement laminé, déconsidéré dans son travail, par l’aplomb et la perversité de ce double qui ne lui épargne rien. Peu à peu son entourage se détache de lui à l’exclusion de son fidèle domestique qu’il finit par congédier.

Le texte adapté pour le théâtre par Ronan Rivière est percutant et nous emmène progressivement vers le triste dénouement par une dramaturgie parfaitement construite, dans une atmosphère d’abord légère et amusante mais qui devient de plus en plus caustique et pesante au fur et à mesure de la déchéance annoncée de Goliadkine.

Est-il victime de la Société ou de lui-même ? La pièce aborde habilement les deux facettes de cette question. Nous assistons au naufrage d’un homme victime de sa timidité, de son manque de confiance en soi, incapable de s’insérer parmi ses semblables, tenaillé sans doute par un comportement autodestructeur et qui ne pourrait s’en prendre qu’à lui-même, mais la dureté sociale est abordée également sans concession. Les comportements pervers rencontrés dans la vie professionnelle, l’égoïsme, l’intolérance, l’importance donnée à l’image et à ce double hâbleur et manipulateur sont certainement des constantes humaines particulièrement présentes dans le monde d’aujourd’hui. C’est une véritable diatribe contre la société bourgeoise de l’époque qui nous paraît toujours très actuelle.

La mise en scène de Ronan Rivière est alerte et fluide grâce à des décors modulables qui contribuent à recréer des ambiances, sombre chez Goliadkine ou lieux de vie animés pour d’autres scènes.

La réussite de ce spectacle tient avant tout à cette formidable troupe de six jeunes acteurs, tous percutants et véritablement pénétrés par leur personnage. On retiendra en particulier l’interprétation remarquable de Ronan Rivière qui incarne un Goliadkine fragile, naïf, émouvant, victime toute désignée, et celle de son « double », Antoine Prud’homme, hautain, séducteur, modèle d’hypocrisie et de perversité.

Il convient enfin de citer l’accompagnement musical au piano d’Olivier Mazal dans une partition originale qui ponctue les scènes et qui évoque parfaitement les ambiances et les sentiments des personnages.

Ronan Rivière nous offre ainsi une comédie amère et féroce, admirablement interprétée et mise en scène, qui dénonce des travers humains intemporels et qui nous paraît étrangement dans l’air du temps. Du vrai et du bon théâtre pour tous !

Jean-Louis Blanc

photo Ben Dumas

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie