La rumeur du Festival

1402148213-Festival_delle_Colline_Torinesi_logo

LA RUMEUR DU FESTIVAL,  LE DESSOUS DES CARTES du festival.

Suivez au jour le jour ce qui se trame, se noue ou se dénoue dans les coulisses du Festival et de son Off : le bruit et la rumeur d’un Festival, où chaque instant peut être un drame, chaque fait et geste un manifeste, bref la véritable scène d’Avignon !

– Palme d’or des mauvaises salles cette année pour le Théâtre du Roi René, qui a réussi à non seulement mécontenter le public accueilli comme des quilles (salles mal climatisées, pas insonorisées, sièges inconfortables au possible, queues dans la rue au milieu des bagnoles et sous le cagnard, accueil inexistant, programmation lamentable) et les compagnies qui y jouaient, l’une d’elles tellement exaspérée qu’elle terminait son spectacle en signalant au public les conditions désastreuses que le dit théâtre leur réservait… On le savait déjà (de nombreux courriels reçus depuis plusieurs années), mais à ce point, c’est franchement intolérable. Qu’on les sorte !

– Raté ! : Le président Greg Germain, qui avait osé trainer Radio Osmose devant les tribunaux pour leur communication selon lui tendancieuse, puisque utilisant toujours selon lui le visuel et le nom du Off 2015, s’est vu débouté le 28 juillet… Du coup AF&C va être obligé de payer les frais de justice augmentés d’une compensation financière au bénéfice de Radio Osmose. Joli coup !

– Aujourd’hui 23 juillet, le patron de « Présence Pasteur » convoquait en catimini -et à l’abri des oreilles indiscrètes ;) – quelques directeurs de salles d’Avignon pour une discussion sur… « L’Avenir du Off ». Tiens, Présence Pasteur -dont on rappelle qu’ils ont fait partie du CA d’AF&C- s’intéresse maintenant à « l’avenir » du Off d’Avignon, eux qui ont cautionné sans relâche la politique et les orientations désastreuses d’AF&C et de leur boss Greg Germain depuis 10 ans, sans jamais s’inquiéter de la dérive inexorable de ce radeau qui prend l’eau de toutes parts ???

– Merci à William Leymergie et sa rédaction de citer LEBRUITDUOFF.COM sur France 2 (Télématin) le 17 juillet comme « le site référent du Off d’Avignon« . En voilà qui ont bon goût ! ;)

– C’est maintenant au tour de Jean-Michel Ribes de s’y coller, après Caubère, pour vanter le OFF dont il prétend qu’il n’est pas le foutoir que pourtant chacun s’accorde à reconnaître, et qu’on peut y trouver des spectacles de la même qualité que dans le IN !!! Il a fumé ou quoi, le Ribes ? Ou il veut la place de Greg ???

– Il y a un truc qui nous a titillés, et qui pourtant est passé quasi-inaperçu, notamment de la part de la correspondante qui a rédigé l’article du Vaucluse Matin et qui n’a même pas tiqué sur le fait, en soi énorme : c’est la retape qu’a effectuée Greg Germain, dont nous rappelons qu’il était censé agir en tant que « président » d’AF&C, auprès de Manuel Valls, invitant ce dernier dans son propre théâtre à une de ses propres lectures, pour lui causer non pas du OFF, comme on serait en droit de l’attendre, mais de sa propre association sur l’Outre Mer, qu’il préside également, et pour laquelle il attendrait des subsides de la part du premier ministre et de sa ministre de la culture… Gonflé, non ? Et surtout parfaitement déplacé, à la limite de l’usurpation de fonction.

– On fuit ce resto jadis apprécié, devenu infréquentable « La Vache à carreaux« , qui depuis qu’il a changé de direction, vire ses clients parce qu’ils ont l’outrecuidance de demander du Rosé qui en soit vraiment, et pas de la piquette vendue au prix d’un Tavel… En plus on y mange mal et le service est déplorable. A éviter vraiment.

– Ras le bol : Notre ami Jacques de la Maison Jean Vilar n’en peut plus de ces affiches immondes qui squattent les abords de son lieu et de la sono surpuissante des mauvaises parades vociférées par de mauvaises compagnies qui parasitent toute la journée ses lectures dans la cour de la MJV… Et il a bien raison. Que fait la mairie ?

– Pas de bol : Le magicien Alain Choquette, qui jouait au Chêne Noir, s’est cassé un bras à vélo le 14 juillet, et du coup a dû annuler toute sa série…

– Ceci dit (voir ci-dessous) -et vous avez parfaitement raison, chère Florence, cela fait des années (6 exactement) que nous disons la même chose- il existe quelques moyens radicaux de faire cesser tout ce merdier. Voici ce que nous préconisons :
– Pour la Carte Off : Pour les Cies, arrêtez de l’accepter. Ce n’est pas un dû, juste une contrainte imposée par AF&C qui y trouve la plus grande source de ses revenus. Quitte à proposer aux spectateurs le même tarif qu’avec réduction. Et pour les spectateurs, du coup, arrêtez de l’acheter : elle ne sert qu’à engraisser AF&C et ses divers « chargés de mission », aux titres ronflants et à l’efficacité zéro…
– Pour les logements : Signalez votre loueur au Fisc une fois les lieux quittés : dans 95 % des cas, il ne déclare rien. Idem pour vos loueurs de créneaux : une petite visite du fisc (et de l’Ursaaf) ne leur fera pas de mal.
– Pour les dates : Virez la direction d’AF&C -puisque vous en êtes adhérents- à la prochaine élection de bureau et reprenez les choses en mains. Autogérez réellement ce festival Off, ou n’y venez plus.
– Pour le « catalogue » : Refusez de payer et d’y être, et créez en autogestion votre propre programme de compagnies sérieuses, d’où seront évincés tous les « belges qui font l’amour » et autres merdes infâmes « jouées » dans les salles à bofs suceurs de glaces.
– Pour les spectacles douteux : idem que ci-dessus,
– Et, encore plus radical : cessez de venir au Off -qui ne vous sert pas à grand chose sinon perdre 20 000 euros en moyenne par Cie- et de filer votre fric à ces loueurs de créneaux et aux Avignonnais (restos, tauliers, etc.) qui vous exploitent et s’engraissent sur votre compte. Il n’y a pas qu’Avignon pour le Théâtre en France, fort heureusement !
Vous avez les cartes en mains, chères compagnies…

– Voici un exemple de ce qui se dit de plus en plus, de ce que pensent de plus en plus les Cies et les artistes présents dans ce OFF version Greg Germain / AF&C :
« Cher festival d’Avignon off, le temps de la réflexion ne serait-il pas venu ? Est-ce bien raisonnable de commencer le 4 juillet quand on sait que les profs, les familles, en un mot « le public », débarquent une semaine plus tard ? Ces dates précoces nous obligent de plus à être là autour du 25 juin et à payer des suppléments aux loyers déjà exorbitants que nous devons supporter. (A ce propos, généreux peuple d’Avignon, ne vous sentez pas obligé de quintupler spécialement pour nous vos loyers en juillet : un studio de 11 mètres carré à 1500 euros, est-ce bien raisonnable ? Il est vrai que nous sommes des nantis et des voleurs et que ça nous apprendra…) Ne serait-il pas temps de revenir à un vrai festival de Théâtre et non de gros sous (qui vont dans la poche de tout le monde ici tandis que depuis « la crise » les compagnies qui dépensent environ 40000 euros pour le festival repartent le plus souvent avec quelques modestes dates de tournée) ? Ne serait-il pas temps que les amateurs affichent la couleur ? Certes l’esprit de Jean Vilar continue de souffler sur la ville : « Faites l’amour avec un belge », « Lune de mie…rde », « Ma belle mère est une salope qui ne suce pas que de la glace avec ma voisine et ma concierge est frapadingue », autant de perles de l’art drama qui portent haut les couleurs du Théâtre. Ah oui, j’oubliais : les compagnies payent environ 350 euros pour être dans le catalogue. Avec 1350 spectacles, on arrive donc à environ 540000 euros. Il est cher cet imprimeur, non ? Et aussi : on vend aux spectateurs des cartes à 16 euros et c’est aux compagnies qui supportent déjà le prix de location des salles, des loyers donc, et j’en passe, de faire les réductions sans naturellement toucher un centime sur la vente des dites cartes. On peut discuter de tout ça, réformer en profondeur ou nous contenterons-nous d’aller droit dans le mur d’ici 5 ans ? Vive l’art, vive la culture, vive le Théâtre. Redonnons au Festival ses lettres de noblesse. »
Un billet sur Facebook signé Florence Le Corre, transmis via T. Alcaraz

– Hier soir 13 juillet, c’était le traditionnel grand raout organisé conjointement par la SACD et l’ADAMI, cette année dans les jardins de la fac de sciences Louis Pasteur. Leur fameuse « Soirée Rouge » dont il faut être, où vont toutes les « huiles » du Off (et d’ailleurs), ravies de ce défilé mondain, s’inquiétant toute la journée de comment obtenir un sésame -le carton d’invit livré par porteur spécial à chaque invité trié sur le volet- et où chacun se demande qui y est ou qui n’y est pas ? Cela dit, un truc très agréable et copieusement arrosé… On ne va pas être bégueules…

– Hey, Les Drôles de dames, qui diffusez les Dakh daughters (au Chêne et à la Manufacture dans ce Off 2015), il faudrait apprendre à être un peu plus organisées et surtout aimables et accueillantes avec les journalistes qui viennent chroniquer vos spectacles !

– Chaque année un peu plus, les professionnels (programmateurs, diffuseurs) du théâtre fuient ce Off qui n’est plus qu’un vaste marché puant de stand-ups, de seuls en scène débiles et de trucs de cul. AF&C et son président ont tué le Off en dix ans de « gouvernance ». Sous le prétexte fumeux de ne pas vouloir faire de sélection, ils ont laissé proliférer la pire m… du spectacle vivant et fermé les yeux sur les marchands sans scrupules (forcément ils en sont eux-mêmes), ces loueurs de créneaux pour lesquels le théâtre est la dernière de leurs préoccupations …

– Décidément, Marisol Touraine, la ministre de la Santé en goguette à Avignon hier et avant-hier, aime bien quitter ostensiblement les spectacles du IN avant la fin : samedi c’était pour Lear de O. Py où elle s’est éclipsée au bout d’une demie-heure, et hier 12 juillet elle a refait le coup pour Barbarians à la FabricA. Cette dame n’aime pas les spectacles chiants. On la comprend.

– Vous connaissez « LA TERRASSE » ? Bien sûr, vous savez, cet énorme pavé de papier qui se donne l’allure d’un journal et squatte chaque année, par palettes entières, les abords des théâtres du Off d’Avignon, distribué également par une cohorte de jeunes gens sous-payés… Un vrai Publi-rédactionnel géant pour lequel les compagnies se ruinent en achetant leurs pages de pub contre un rédactionnel totalement bidonné… Bref, chers spectateurs, ne vous fiez guère à ce truc pour faire votre « marché » dans le OFF : c’est encore pire que le catalogue d’AF&C, qui lui au moins, ne se prétend pas être un « journal »…

D’une lectrice, publié sur Facebook : « Le pire, vu ce jour : Le Théâtre du Roi René. Aucune insonorisation, la rue est dans la salle. Le comédien-Amok- a dû lutter contre un chant venant d’un lieu indéfini (il est à féliciter car jouer dans de telles conditions est déjà en soi une performance !) Aucune climatisation. »

– Un truc qui nous avait échappé : la belle invention de Greg Germain -toujours lui- pour se faire subventionner sa salle privée, (même si prêtée par la mairie), « La Chapelle du Verbe incarné » dont il loue les créneaux aux compagnies : le « T.O.M.A« , soit, on cite, « théâtres d’outre-mer à Avignon », subventionné par la Ville d’Avignon. Malin.

– On évite absolument ces salles où non seulement l’on prend le spectateur pour un porte-monnaie mais également les compagnies pour de la merde (Cf notre papier). Un bel exemple de ce qu’il faut boycotter : Le Théâtre des Barriques, à fuir à brides rabattues…

– Toujours la classe : non contents de s’être plantés d’image et de titre pour le spectacle d’une compagnie du Off dans le catalogue 2015, Greg Germain conseille à ses sous-fifres, responsables de l’erreur, de ne surtout pas s’excuser : il a raison, ça la fiche mal, de s’excuser… AF&C et sa grandeur ne se trompent jamais, et s’excusent encore moins.

– Au 10 juillet, le off commence à peine à se réveiller, mais tout juste. Un frémissement guère encourageant pour la suite, quand on sait qu’autour du 14 c’est censé traditionnellement être le plein…

– Elégance : La classe de Greg Germain qui veut intenter procès à la radio du Off Radio Osmose, car ils utilisent sur leur com le visuel 2015 de la com du Off. Une radio qui fait un gros boulot d’interview des compagnies jouant dans le même Off dirigé par le même Greg Germain…

SOUTIEN AUX HIVERNALES : Le CDC – Les Hivernales invite à un rassemblement silencieux le 10 juillet 2015 à 15 h devant le CDC, 18 rue Guillaume Puy pour manifester l’attachement du public, des artistes et des professionnels à ce lieu (Cf article).

– Ce Off démarre bien mollement : rues désertes, terrasses des restos vidées à 22 h (hier soir 6 juillet, places des Chataignes), salles aux deux tiers vides (à l’exception de quelques chanceux)… C’est encore plus mou que l’an passé, alors que les orages se conjuguaient au mouvement des intermittents…

– Elégance : Le jour de la première de Tombouctou dans le IN -certes loin d’être un chef d’oeuvre- Olivier Py a ostensiblement quitté le spectacle au bout d’une demie-heure… Spectacle qu’il a lui même programmé. La classe.

– Beaucoup de grogne et un mécontentement qui enfle à vue d’oeil, dans les rangs des opérateurs culturels avignonnais, notamment chez certains « fleurons » représentatifs de l’excellence locale, dont quelques « grandes gueules » très remontées contre la (très surréaliste) gestion culturelle de la Ville un an depuis l’élection de la présente municipalité, PS il faut le rappeler… Nous, si on était à votre place, Madame la Maire, on se méfierait de l’orage qui couve et on prendrait les devants, avant que ça n’éclate pour de bon. On vous dit ça, mais bon…

– Quant à ta plaque commémorative de mauvais goût de la rue des Ecoles, inaugurée hier en grande pompe, on te l’a déjà dit Greg : le Off d’Avignon N’EST PAS « le plus grand théâtre du monde » : C’est Edinburg qui le détrône, et bien devant. Des chiffres : 2500 spectacles au Fringe d’Edinburg, 1300 au Off d’Avignon. Faut arrêter les drogues, Greg : ça rend mégalo et paranoïaque…

– Le même Greg Germain qui aurait mal supporté hier 5 juillet que la ministre Fleur Pellerin traite le OFF de « foire ».. Ah bon ? Ce n’est pas le cas, Greg ? Il est vrai qu’au vu de l’excellence que tu cautionnes, ce foutoir mercantiliste exécrable qu’est le OFF dont tu présides aux destinées, tu as bien raison de t’offusquer !!!

– Pareil pour bien d’autres, à commencer par le « boss » du OFF Greg Germain, qui bénificie de la Chapelle du Verbe incarné, prêtée par la mairie… A quand le ménage, Cécile ?

– INSUPPORTABLE : JE FUIS : le « Chapeau d’Ebène » de notre ami Raymond Yana (Alya théâtre et également ex-membre du bureau éxécutif d’AF&C), qui a on ne sait comment (Merci Marie-Jo ?) récupéré la Chapelle des Miracles, lieu emblématique du IN sous la précédente gouvernance du Festival, géré alors par l’ISTS. Ce marchand bénéficie donc d’un lieu jadis public qu’il sous-loue sans vergogne à raison de près de 14 000 euros TTC le créneau de 130 places ! Et que fait l’actuelle municipalité devant ce scandale ? Rien !