j’y vais/je fuis

VISA-Intestazione-800x800

J’Y VAIS/JE FUIS : Le véritable GUIDE DU FESTIVALIER, sans langue de bois. Les salles à éviter absolument, les spectacles où le public est pris pour une bille, les lieux où l’on méprise et maltraite les artistes comme le public, les mauvais restos… Et tous ceux qui au contraire font leur travail avec respect et conscience, ou encore les très bons spectacles à ne manquer sous aucun prétexte…

– J’y vais : Au Théâtre du Chêne Noir à 11h , « Je change de file », itinéraire réel d’une Iranienne « parfaitement » intégrée : un regard drôle et décapant sur le pays d’accueil. A voir absolument pour clore le festival « en beauté » !
– J’y vais : tout de suite ! (attention, plus que 2 représentations !), « Modeste proposition en faveur d’un cannibalisme raisonné » au Petit Chien, très bon
– Je fuis : « L’Amante anglaise », au Chien qui Fume. Lourd bilan : deux morts, la femme découpée en morceaux… et Marguerite Duras, assassinée par Thierry Harcourt
– J’y vais : de Seb Lanz au théâtre des Carmes, « L’homme seul » – Une rencontre choc, violente et poétique au travers de l’histoire d’un SDF.
– J’y vais : à Présence Pasteur, un délicieux « Eloge de l’amour » de Caroline Ruiz pour qui la pensée vive d’Alain Badiou coule de source…
– Je fuis : à toutes jambes, cette « Maison de Poupée » du maître Ibsen, « jouée » à L’Oulle, traitée en vulgaire comédie boulevardière par Philippe Person, le bien nommé…
– J’y vais : A l’Artéphile, « Erika« , une hmanité au coeur de la barbarie
– J’y vais : Aux Luciolles, « La Fuite« , très vivant et intelligent
– J’y vais : Aux Doms, « Is there life on Mars ?« , belle poésie sur l’autisme, et avant tout sur la différence…
– J’y vais : aux luciolles, « Les fils de la terre« , touchant et universel…
– J’y vais : Au golovine, « Ballet Bar« , hip hop de haut vol et festif
– J’y vais : Aux Luciolles, « Sur la route de Poucet« , road-movie noir et fantastique…
– J’y vais : Au Gilgamesh, « 1336 (parole de Fralibs) », captivant et intelligent…
– J’y vais : Au chêne Noir, « La Promesse de l’Aube« , sensible et concernant…
– J’y vais (bon plan resto) : Rue des Teints, le « Chusca…Calada« , dont l’accueil gentil et efficace change agréablement pour Avignon en plein festival…
– Je fuis (mauvais plan resto) : Rue bonnetterie, ce « Petit comptoir » au personnel infect qui vous reçoit comme un chien… Et en plus, la bouffe est dégueu ! Très « petit » comptoir, en effet, à éviter absolument.
– Je fuis : aux Ateliers d’Amphoux, ce truc improbable « Les deux Corées« , hélas très amateur… Le OFF (AF&C donc) devrait interdire ce genre-là, les « amateurs », qui n’ont pas leur place ici. Ceci dit, certains de ces « amateurs » valent bien les « spectacles » du Rempart, des Barriques ou de Notre Dame, 3 « théâtres » chaudement recommandés par le BDO… 😉
– J’y vais : Dans le IN, superbe « Hamlet« , joué » par des taulards qui pourraient en remontrer à n’importe quel comédien du OFF. Vraiment excellent. Dommage qu’il ne joue que 2 jours, dernières ce 22 juillet.
– Je fuis : à toutes jambes, ce « Sur la route de Madison » au Chêne Noir, véritable boulet… Quel bourbier !
– Je fuis : toujours dans le IN, ce « Santa Estasi (Les Atrides)« , insupportablement long pour rien, abscons et inutile.
– Je fuis : dans le « IN », « The last King » qui se révèle être une vaste fumisterie. Tant pis.
– Je fuis : Ce Coulibaly dans le « IN », « Kalakuta Republik« , insupportable de vacuité. vraiment nul et non avenu.
– J’y vais : en courant, dans le « IN » « les Sujets à Vif » C et D, qui fêtent leurs 20 ans… Découvertes et (ré)jouissances infinies… Très recommandés.
– J’y vais : dans le « IN », « Les Grands » de Fanny de Chaillé, plutôt bien…
– J’y vais : A la maison de la poésie (sic), « Duras« , dans une mise en jeu fascinante, trois comédiens font entendre la petite musique envoûtante de Duras à partir de trois de ses textes emblématiques.
– J’y vais : Très bon « Cendrillon » à la Parenthèse, foutraque et loufoque !
– J’y vais : dans le « IN », aux Célestins, « The Great Tamer« . Très recommandé.
– J’y vais : Aux Carmes, « La violence des riches » à 10h, décapante et très ludique conférence gesticulée à partir des écrits de sociologues
– J’y vais : Au nouveau Ring, « Agamemnon » à 20h50, adaptation assez bien vue de la pièce écrite par Rodrigo Garcia
– J’y vais : Aux Ateliers d’Amphoux, l’excellent « Un air de Bukowski« , joué dans la cave comme il se doit, à boire jusqu’à la lie…
– J’y vais : Au petit Louvre, « Regardez la neige qui tombe« , si vous aimez vraiment Tchekhov…
– J’y vais : à L’Eldoradrôme, « On the road… A« , touchant et sensible
– J’y vais : A la Condition des soies, très visuelle « La Religieuse » du Collectif 8. Bien sous tous rapports.
– J’y vais : Au Chêne, « Mon Ange« , bien troussé et raccord à l’actu…
– Je fuis : en détalant. « Les chevaliers de l’improvisation« , à l’Albatros. Il faut bosser les gamins, avant oser se présenter à Avignon, même dans le Off, même dans les mauvais théâtres de la rue des Teinturiers !!!
– Je fuis : cette mauvaise ressucée du texte de Wajdi Mouawad, « Littoral« , donné à St Martial… A éviter.
– J’y vais : dans le « IN » toujours, le très dérangeant mais extraordinaire « La Fiesta » d’Israel Galvan. Très recommandé !
– J’y vais : absolument ! Dans le « IN », magnifique « Ibsen Huis » de Simon Stone
– Je fuis : « Pourquoi les filles en font toujours des tonnes quand elles dansent » aux Corps Saints : creux, long, mal joué et un final hallucinant pour un texte écrit par une femme
– J’y vais : au 11 Gilgamesh découvrir « Et dans le trou de mon cœur, le monde entier« . Ça laisse un goût amer et une pointe d’espoir, et ce sont 7 jeunes comédiens étonnants
– J’y vais : et je reste au 11 Gilgamesh pour « J’ai bien fait ? » et se demander ce que j’ai fait de positif pour le monde. Interpellant.
– J’y vais : à la Manu, « Le Tarot du grand tout« , sensible…
– J’y vais : « Vivre » d’Hugo Paviot à Présence Pasteur, une véritable écriture et une interprétation saisissante… Excellent.
– Je fuis : à la Manu, « Aucun lieu« , « performance » bruyante et aveuglante…
– Je fuis : au théâtre des Carmes, « Que Faire« , du potentiel (sic) mais terriblement ennuyeux…
– J’y vais : Aux Halles, « Jésus de Marseille« , du pur Valletti…
– J’y vais : et plutôt 2 fois qu’une, « F(l)ammes« , au Théâtre des Halles…
– J’y vais : absolument : « Opium » de la cie La zampa à La Manu, hallucinant…
– J’y vais : au TdH, « Logiqueimpertubabledufou », drôle et poétique…
– J’y vais : Aux Luciolles, « Espace vital« , travail de virtuoses…
– J’y vais : Aux Doms, « L’avenir dure longtemps« , autre journal d’un fou, saisissant.
– J’y vais : Au Gilgamesh-Belleville, « Prison Possession » de François Cervantes. Dur, réel, mais une rédemption par les mots…
– Je fuis : Dans le « IN », ces 3 opus ennuyeux et inutiles que sont les 2 spectacles du Birgit Ensemble et le « Roberto Zucco » de Yann-Noël Collin, travail d’atelier inabouti.
– Je fuis : Ce gratuit indigeste et inutile, bourré de pub et de publi-rédactionnels, « La Terrasse« , qui ramasse (le pognon) et encrasse (Avignon)…
– J’y vais : voir à Présence Pasteur « Loki« , très bon et intéressant
– J’y vais : Au Petit Louvre : « De si tendres liens« , des moments de vie entre une mère et sa fille pleins d’émotion et magnifiquement interprétés.
– J’y vais : Au 11, Gilgamesh Belleville : « Baie des anges« , du bon Valetti, du théâtre dans le théâtre et une histoire forte et émouvante.
– J’y vais : vite, Aux Doms, « Is there life on Mars« , plein d’espoir…
– j’y vais : à La Condition des soies, « As Four steps« , excellente chorégraphie de la Cie Tjimu Dance Theatre…
– J’y vais : au Chêne Noir, voir « Mon Ange« , avec Lina El Arabi, touchant…
– J’y vais : Absolument, voir de Dave St Pierre « Néant« , de la danse forte, visuelle mais cocasse…
– J’y vais : Au Balcon, « Pompiers« , pour le beau duo Mesguich-Carraz
– Je fuis : radicalement. Ces 3 particulièrement mauvais théâtres que sont le Rempart, Les Barriques et Le Roi René, + bien sûr toutes ces erreurs de la nature, ces salles vulgaires et inutiles qui croupissent aux alentours de la Rue de la Ré…
– J’y vais : A la Manu, « Le chien, la nuit et le couteau » : beau travail…
– Je fuis : au Girasole « L’étrange destin de M et Mme Wallace« , mal joué. (désolés, il était ds notre sélection : mea culpa !)
– J’y vais : absolument, « Sandre », à La Manu toujours (décidément !), interprétation magistrale d’Erwan Daouphars
– J’y vais : A La Manu, « Moi la mort…« , original et oppressant
– J’y vais : vivre une expérience sensorielle avec « Bildraum » à La Manu
– J’y vais : au Chêne Noir, le trashissime « Radieuse Vermine« , recommandé…
– J’y vais : Toujours dans le « IN », le superbe « SOPRO » de Tiago Rodrigues, au sommet de l’art…
– J’y vais : Dans le « IN », voir Christiane Taubira pour « On aura tout », dans les jardins Ceccano. Et en plus c’est gratuit ! Très Conseillé…
– J’y vais : à La Luna, excellent « Les passagers de l’Aube« , à ne pas rater…
– J’y vais : j’y vole, voir « Le maniement des Larmes« , à 10h au gilgamesh, pour un Nicolas Lambert exceptionnel…
– J’y vais : Et en courant ! La pièce mythique du OFF d’Avignon, « Mon cochon est une gouine« , pièce porcine en 3 actes, de retour au Salace. Un vrai petit bijou (des familles).On rit, on rit, mais on rit !…à groin déployé.
– J’y vais : chez Golovine, « Contrepoint« ; Précision des gestes et poésie.
– J’y vais : A la Manufacture, « Jai trop peur« , prendre une leçon de survie pour l’entrée en 6éme. Écriture fine de David Lescot qui aborde avec humour les vraies angoisses d’un ado de 10 ans 1/2 face à la violence du collège
– J’y vais : sans souci voir « l’a-démocratie » au Gilgamesh. Très bon.
– je fuis : à toute pompe les scandaleux détournements de texte de Stefan Zweig opérés par Joseph Morana au Théâtre des Amants : Echec et mat groupé pour ce Joueur d’échec et ces 24 heures de la vie d’une femme.
– J’y vais : au Théâtre 11-Gilgamesh-Belleville, me délecter du Prison Possession de François Cervantes
– Je fuis : Vraiment. « Nature morte dans un fossé » au Collège de la Salle : spectacle au ralenti malgré les efforts louables d’un bon comédien. (Désolés, on l’avait mis ds notre « 30 », présélection au 1er juillet : funeste erreur !)
– J’y vais : Vraiment. « Le fils« , à La Manufacture…
– J’y vais : les yeux fermés, savourer l’excellent Denis Lavant dans « Cap au Pire« , au TdH.
– J’y vais : toujours au Chêne, le très visuel « Ada/Ava« , une expérience théâtrale belle et novatrice…
– J’y vais : voir le dernier Visniec, monté par Gelas au Chêne Noir « Migraaaants« , ou quand le théâtre se fait politique (au bon sens du terme)
– J’y vais : absolument, voir « Dans la solitude… » au Théâtre des Halles. Un excellent Timar.
– Je fuis : cette très mauvaise salle qui n’a de théâtre que le nom, « le Roi René« , où le public est pris pour une bille.
– J’y vais : Le beau « Les Ailes du désir » de Gérard Vantaggioli au Chien qui fume, plastique et poétique…
– J’y vais : De Claire Laureau & Nicolas Chaigneau, « Les déclinaisons de la Navarre » à La Manu : décapant
– J’y vais : Très bon « Les passagers de l’aube » à La Luna, à voir.
– J’y vais : superbe « Eléphant man » de Fantazio à La Manu, excellent.
– J’y vais (bon plan resto) : « La Maison de Fogasses », un jardin, un accueil sympa, une cuisine simple mais goûteuse, le tout au coeur d’Avignon, rue des Fourbisseurs… A tenter.
– J’y vais (bon plan resto) : « Le Jardin des Gourmets », un jardin frais et ombragé suffisamment grand pour trouver de la place sans souci, où de très bonnes et copieuses grillades à prix correct sont servies en toute convivialité : viande ou poisson du jour, salades costaudes avec d’excellents produits, le tout toujours très frais avec un service impeccable et souriant (ça change à Avignon). C’est rue des Teinturiers, quasi en face de « La Salsa » : un de nos lieux préférés pendant le OFF.
– Je fuis (mauvais plan resto): Le Cul de Poule, Place des Carmes : inutile, cher, service exécrable…
– Je fuis (mauvais plan resto) : Tous les « restos-brasseries » de la Place de l’horloge et de la Rue de la Raie, à se rendre malade…

Publicités