« THE FOUR SEASONS RESTAURANT » : ROMEO CASTELLUCCI / FESTIVAL D’AVIGNON 2012

« The Four Seasons Restaurant » / Romeo Castellucci au Festival d’Avignon 2012.

Romeo Castellucci sera de nouveau à Avignon en 2012 avec sa création « The Four Seasons Restaurant », une adaptation de son « Il Velo Nero del Pastore » (Le Voile noir du Pasteur), créé en 2011 au TNB de Rennes et qu’il devait initialement donner pour l’édition 2011 du Festival.

« The Four Seasons Restaurant », au titre en hommage au peintre abstrait américain Mark Rothko, est donc réadapté du « Voile noir du Pasteur », mais Castellucci y intègre cette référence à un artiste majeur de l’histoire de l’art abstrait de la fin du XXe siècle, dont l’oeuvre très contemplative voire mystique ne pouvait que parler au metteur en scène italien. « The Four Seasons » étant le nom du restaurant dans lequel le peintre se rendait quotidiennement entre deux séances d’atelier.

Le voile noir du pasteur à l’origine, était conçu comme le second volet du diptyque autour de Jesus, dont Sur le Concept du visage du fils de Dieu, donné l’an passé à Avignon et récemment objet de polémique au festival d’Automne de Paris, constituait le premier volet. Créée en mars 2011 au TNB de Rennes, cette oeuvre jugée pas assez aboutie par le metteur en scène, avait été retirée du programme du festival quelques mois avant l’ouverture de l’édition 2011.

Le voile noir du pasteur est inspiré d’une des nouvelles les plus anciennes et les plus célèbres de la littérature américaine. Publié en 1836, le texte, que l’auteur a défini comme une « parabole », appartient à ce courant de la littérature américaine imprégné de rigueur puritaine, regorgeant d’allusions à l’Ancien Testament et de motifs romantiques, donnant naissance à un type de langage à la fois réaliste et symbolique qui caractérise une grande partie de la culture américaine.

L’histoire est construite autour d’un élément emblématique : le voile noir dont le Révérend Hooper couvre son visage pour le dissimuler aux yeux du monde. Le récit se déroule dans la Nouvelle-Angleterre, dans la communauté puritaine de Milford. Un dimanche matin, les paroissiens qui assistent au service religieux sont stupéfaits de voir apparaître leur pasteur le visage couvert d’un voile noir descendant jusqu’à la bouche. Tout au long de sa vie, pas un seul instant le pasteur ne renonce à ce voile, même lorsque sa fiancée Elizabeth l’y exhorte. Jusqu’à sa mort, il ne donne aucune justification pour cette étrange décision. On ne sait si ce voile est un signe d’expiation ou de sacrifice, un déguisement ou un masque, un geste d’humilité ou d’orgueil, s’il faut le lire comme la marque d’une faute ou de sa punition. On ne comprend pas s’il vient du bien ou du mal. La seule chose qu’il nous est donné de savoir est l’effet que produit ce voile : le vide qui se fait autour du pasteur. Il perd l’amour et, bien qu’il soit entouré du plus grand respect, il est condamné à mener une vie solitaire par la terreur que ce voile inspire à ses ouailles. Ici, l’énigme du récit va bien au-delà d’une banale morale puritaine.

Le voile noir du pasteur n’est donc pas seulement le récit d’une faute secrète révélée dans le comportement étrange du pasteur, ni un réquisitoire typique du rigorisme protestant, ni une métaphore du masque social derrière lequel se dissimulerait le sujet. Le récit de Hawthorne est, pour Romeo Castellucci, l’occasion de s’interroger sur le rapport entre représentation et négation du paraître. Il est donc l’occasion de repenser la puissance de l’image. Le voile nous incite autant à voir qu’à penser l’invisible. Il s’agit d’un emblème qui affirme avec force la nécessité du regard, la nécessité de regarder la représentation, mais aussi la nécessité de voir ce qui n’est pas et ne peut être représenté.

THE FOUR SEASONS RESTAURANT / MISE EN SCÈNE, SCÉNOGRAPHIE, LUMIÈRES, COSTUMES ROMEO CASTELLUCCI / DU 17 Juillet au 25 Juillet 2012 au Gymnase Aubanel / FESTIVAL D’AVIGNON 2012.

Visuels : 1- « Le voile noir du pasteur » – photo Christian Berthelot / 2- Mark Rothko – sans titre 1963

Publicités

Commentaires fermés