PROGRAMME OFF D’AVIGNON : A priori, ce qui nous paraît intéressant… (Et ce qui nous le paraît moins). A j-4…

UN PREMIER COUP D’OEIL SUR LA PROGRAMMATION PLETHORIQUE DU OFF 2011 (1143 spectacles !)

A ce jour, bien sûr, puisqu’il ne s’agit que d’une présélection au vu du programme mis en ligne par AF&C (plutôt pas mal, d’ailleurs, pour une fois que nous leur adressons compliment)… Lourde responsabilité qu’ainsi prendre le risque, en amont, d’orienter le spectateur sur tel ou tel spectacle. Mais au Bruit du Off, c’est vraiment notre fonction, notre raison d’être, finalement, et nous en assumons toute la partialité… et les probables dérapages.

Premier critère, bien sûr, les salles. Il est évident que certaines aux lourds antécédents (genre Le Palace ou le Paris) sont d’emblée disqualifiées, et tant pis pour les compagnies inconscientes, avides de fric ou assez tartes qui ont cru faire un bon coup en se produisant dans ces mauvais cabarets pour beaufs et autres buveurs de bière. Pour le spectateur, et quels que soient ses goûts ou son esthétique, choisir avec soin ses théâtres est le gage de ne pas (trop) se planter : par exemple, pour les scènes permanentes d’Avignon, et toujours en fonction de ses orientations, le Théâtre des Halles, les Hivernales, le Chêne Noir ou encore la Fabrik Théâtre offrent une bonne garantie de qualité de programmation, de professionnalisme et d’accueil du public.

Eviter absolument ces petites salles minables de 50 places où les spectacles sont déplorables (généralement des solos pour cause d’économie) et où l’accueil du public laisse grandement à désirer : pour mémoire, la quasi-totalité (ou presque) des salles de la rue des Teinturiers, les usines où sont programmées plus de 70 créneaux (type le Collège de la Salle) ou encore ces théatricules ridicules et prétentieux que sont, par exemple et entre autres, le Théâtre du Rempart ou le Pitchoun Théâtre

A bannir sans état-d’âme également ces commerçants qui transforment leur resto, dojo ou bistrot le temps d’un festival pour se faire un maximum de thunes en louant leurs misérables créneaux hors-de-prix, sans aucun professionnalisme ni communication. Les pauvres compagnies qui se font piéger par ces tauliers ne doivent s’en prendre qu’à elles-mêmes… et l’association AF&C qui soi-disant gère le Off, serait bien inspirée de balayer tous ces charlatans qui aiment le théâtre comme moi l’aviation militaire : les Maison des Fondues, Mon Bar, Dojo Thiers et autres saloperies ne devraient pas avoir le droit d’exercer. Point.

Restent heureusement quelques lieux de bon niveau, en dehors des 3 ou 4 scènes d’Avignon dont nous parlions : La Manufacture, avec son excellente programmation, très contemporaine, et son accueil convivial est un de ceux-là. Citons également Le Grenier à Sel et La Caserne des Pompiers, qui accueillent des programmes de compagnies sélectionnées par les Régions, généralement de bonne qualité, Le Petit Louvre (pas toujours), L’Entrepôt, ou encore parfois la Condition des Soies ou le Théâtre de l’Oulle (mais c’est très irrégulier). La liste n’est pas exhaustive et nous vous engageons, au fil du festival, à vous reporter à nos pages « j’y vais/je fuis » ou « le buzz des spectacles »…

Bon, passons au petit palmarès de ce que nous avons repéré, à trois semaines de l’ouverture du Off :

Honneur d’abord aux théâtres et compagnies locales, avec bien évidemment la Cie Fraction et son metteur-en-scène Jean-François Matignon dont nous avions admiré le magistral spectacle de l’an passé, « La Peau Dure », et qui cette année nous donne à voir sa dernière création « Forever Young » à La Manutention… Avec la toujours sublime Sophie Vaude, entre autres comédiens. A découvrir du 12 au 22 juillet à 19h.

Thierry Alcaraz, autre trublion de la scène avignonnaise, monte avec sa Compagnie des Ouvriers une « Explication des oiseaux » qui, gageons-le, sera à la hauteur de ce que produit habituellement cet excellent metteur-en-scène. C’est dans son Espace Du Passage, du 12 au 19 juillet seulement, et il ne faudra pas le rater…

Alain Timar reprend lui son superbe « Rhinocéros » de l’an passé, en Coréen sous-titré. Une vision nouvelle de ce Ionesco de légende, que le metteur en scène s’est approprié à sa façon, c’est à dire avec l’exemplaire direction d’acteurs qui le caractérise et une scénographie au plus juste. C’est au Théâtre des Halles, du 7 au 29 juillet à 11h. et nous vous engageons à lire ou relire le papier que nous en avions fait l’an passé…

Gérard Gelas est parti trois semaines en résidence ce printemps à l’Académie de Théâtre de Shanghai, où il était invité à monter une oeuvre avec leurs comédiens. Il a choisi de réinterpréter une pièce du théâtre classique chinois, « Si Siang Ki, ou la Chambre de l’ouest », qu’il répète encore ici à Avignon à l’heure où nous écrivons avec ces mêmes acteurs de Shanghai. Un hymne à l’amour et à la liberté qu’il nous donnera du 7 au 29 juillet au Chêne Noir à 11h., en version chinoise surtitrée en Français. Une première à voir sans détour.

Le Kronope et son charismatique leader Guy Simon nous proposent 3 créations dans leur lieu : « Le songe d’une nuit d’été, Le Malade imaginaire et knock ». trois classiques donc qu’ils réinterprètent à leur manière déjantée, très commedia, un maelström visuel qui nous époustoufle toujours. C’est à la Fabrik Théâtre du 8 au 24 juillet et pour les amateurs, un pur régal. (Cf nos papiers sur le Malade et sur le Songe…).

Les Hivernales ont conçu un beau programme de danse, très danse justement. En partenariat avec les régions et les DRAC Paca, Rhône-Alpes, LR et Piémont/Italie, de jeunes compagnies sont à découvrir du 8 au 31 juillet au Théâtre des Hivernales… A suivre.

Tout l’excellent programme de La Manufacture est à découvrir dans ce lieu très ouvert (jardin et bistrot) qui sait aussi s’expatrier dans la grande salle de la Patinoire lorsqu’il le faut. De même les programmations de La Caserne des Pompiers et du Grenier à sel dont nous vous reparlerons en détail ultérieurement…

A très bientôt donc et n’oubliez pas : restez vigilants !

EZ.

Photo : Sophie Vaude dans « La Peau dure » mis en scène par J.F. Matignon / Cie Fraction en juillet 2010 au Off d’Avignon.

Publicités
Comments
One Response to “PROGRAMME OFF D’AVIGNON : A priori, ce qui nous paraît intéressant… (Et ce qui nous le paraît moins). A j-4…”
  1. doudou mariolo dit :

    je ne sais pas si vous allez garder mon commentaire mais au nom de la liberté d’expression vous devriez ! j’ai lu et je vous trouve arrogant ! pète sec ! imbu de votre savoir culturel ! que de jugements de valeurs et si pour vous boire une bière est un acte de « Beauf » (ceci dit on est tous le bobof de quelqu’un) vous devriez gouter les bières Trappistes , ou une bonne Guiness ! vous êtes !mais qui êtes vous « EZ » ? il y a certainement des abus dans ce style de Festival mais aller à tout condamner en bloc , »spectacles minables par des troupes de merdes en gros et solo pour petites salles nulles à chier ! vous êtes un descendant de Dieu le Père ? pas de Molière en tout cas ! tiens je n’ai vu aucune critique assassine sur le chapiteau fou du mazouing ! vous les avez raté ceux là ! au public je dit laissez vous guider par votre instinct et peu importe le flacon pourvu qu’il y ait l’ivresse ……du moment !
    doudou Mariolo