FESTIVAL D’AVIGNON : L’insipide Madame Richard Wagner de Christophe Fiat

VU : L’Indestructible Madame Richard Wagner / Christophe Fiat / Tinel de la Chartreuse

Le problème avec la poésie contemporaine, c’est quand elle se dévoie dans des trucs qui ne lui appartiennent pas vraiment. Ce Madame Wagner de Christophe Fiat est typique de ce passage d’une forme adaptée à la pratique -lecture plus ou moins performative- à un mauvais show vaguement théâtralisé, branché et ennuyeux.

Enfin, quand on dit branché : à l’habitude de Christophe Fiat, cette fois-ci c’est une guitare basse qui, si elle est effectivement raccordée à un ampli, relève plus de l’instrument débranché, tant sa fonction n’est qu’uniquement décorative (avec le jolie blonde qui va avec)…

Donc une heure vingt d’ennui total, où l’on nous raconte avec force dispositifs scéniques parfaitement inopérants -ces trois comédiennes figées sur le plateau pour une voix multiple- la vie tout aussi morne et insipide de Cosima Wagner, sur un texte de l’auteur himself, « contemporanéisé » par l’adjonction de tics post-avant-gardistes battus et rebattus : répétitions, montage en boucle, allusions à la culture Pop qui sont la « marque » de l’auteur.

Bref, ce truc ne fonctionne absolument pas, et ce n’est pas le piano soporifique qui accompagne parfois le texte, ni la vidéo inutile et vaine, qui viendront sauver l’ensemble du parfait naufrage.

On a mal pour Christophe Fiat que l’on avait connu plus percussif et pertinent. Mais c’était bien avant sa période Bastille et autres parisniaiseries qui l’ont usé prématurément.

Dommage.

Marc Roudier

Publicités
Comments
One Response to “FESTIVAL D’AVIGNON : L’insipide Madame Richard Wagner de Christophe Fiat”
  1. le tadorne dit :

    On avait déjà vu un extrait au « Sujet à vif » l’an dernier qui en avait consterné plus d’un. Je n’y suis pas revenu cette année…