DANSE JAPONAISE : Belle au bois dormant

VU : Danses Japonaises / Egiku Hanayagi / The Garage International / 13h (jusqu’au 29 juillet)

D’une beauté toute extrême-orientale. Les artistes ont une maîtrise parfaite de chacun de leurs gestes ou de leur regard, tout en mesure.

Formée très tôt à cette forme représentative, Egiku Hanayagi, constitue à elle seule une évolution de la conception strictement traditionnelle de cet art.

C’est beau mais pour autant très lent. Le public néophyte ne possède probablement pas les clefs de la dramaturgie nippone et on se perd un peu dans cette représentation sans voix ou explicitation.

Pour initiés ou curieux.

Franck Glatigny

Publicités

Commentaires fermés