Un Casanova Bulgare au Chêne Noir…

Mise en scène Diana DOBREVA – Chêne Noir 22h30

Ce spectacle créé au Théâtre Salza i Smiah à Sofia (Bulgarie), met en lumière la vie de Giacomo Casanova, éternel séducteur, au travers du souvenir d’une vie vouée à la recherche de l’idéal féminin originel…
Casanova, âgé, est sur le point de rendre l’âme, son dernier souhait est de boire un verre de vin au travers duquel il va se remémorer toute ou partie de sa vie vouée à la recherche de cet être, femme, mère, protectrice. Liberté absolue et descente vers les amours plus bestiales, Casanova, enivré et aveuglé par sa quête va sombrer dans des abimes de jouissance.

Cette pièce est présentée en Bulgare sur-titré dans la plus grande partie, sur-titrage succinct et quelque fois absent, selon le souhait de la metteuse en scène Diana DOBREVA qui désire donner un espace de liberté aux spectateurs, en leur laissant le soin de regarder sans comprendre réellement le sens des mots. Dubitatif dans un premier temps, la barrière de la langue n’est pas un problème tant la mise en scène et le jeu des acteurs est visuel. Il va sans dire que nous loupons surement quelques bons mots mais l’essentiel est là. La scéno est rapide et précise mais reste poétique, parfois lunaire, de très beaux tableaux s’enchainent, sous une belle lumière et des costumes baroques, avec cependant quelques longueurs… Peut être quelques minutes en moins auraient été bienvenues, ou alors il eutfallu le jouer à une heure moins tardive ? La musique omniprésente est essentielle, elle s’accorde tout à fait avec la mise en scène. La troupe d’acteurs est là, campant avec passion l’ensemble des personnages hauts en couleurs, chorégraphiés par Tatiana SOKOLOVA, qui confère un ton abordable même aux scénes les plus lourdes. En résumé, un bien joli spectacle, poétique, lyrique et parfois drôle, que je vous conseille de découvrir.

Pierre Salles

Publicités

Les commentaires sont fermés.