Esse que quelqu’un sait où on peut baiser ce soir ? J’ai répondu au bois


20h05 La Manufacture / La patinoire (navette depuis La Manufacture, 2 rue des écoles 84000 Avignon)

C’est un ovni (et moi j’aime bien les extra-terrestres !)

Une boîte noire dans une patinoire…Le « décor » est planté pour une production (d)étonnante ! Un grand plateau encadré de chaises, lampes de chevet et autre ballon gonflable (au singulier, et oui il n’y en a qu’un seul !) sans oublier un cerf droit sur ses pattes, un arbre sur roulette puis, pour clore le paysage scénique, un panneau lumineux qui reprend le titre de ce « drôle » de spectacle. 8 comédiens déchaînés vont structurer puis déstructurer le plateau avec une énergie folle tout en portant haut (très haut) un texte pour le moins cru ! L’auteur (Eric Da Silva), voisin de longue date du bois de Boulogne, nous submerge de ces personnages en perpétuelle « métamorphose » (le mot est de l’auteur) et qui font la réputation du lieu. En effet des tranches de vie faites de déguisements et de transformations des corps pour la seule recherche du plaisir et du fantasme, à prendre ou à donner. Alors oui le texte est cru si ce n’est obscène, toujours à la limite de la vulgarité mais, les amis, quel texte ! Il est un de ces textes qui vous remue, vous secoue, vous dérange au plus profond mais il vous fait, aussi, rire…Belle prouesse ! L’interprétation est juste, précise et envoutante à la hauteur du texte. Et finalement, après 1h30 de cette folle énergie, une tentative (réussie) de démonstration de ce qu’est la vulgarité dans notre belle société moderne. Non pas la vulgarité d’un vocabulaire « bite, cul, poil » mais cette vulgarité, désormais quotidienne, mise en scène par un personnage qui semble bien représenter la première dame de France, certes polie, mais qui insulte (elle et ses copains du pouvoir en place) ceux d’en bas. C’est probablement cela la vulgarité d’autant qu’elle ne se cache pas dans les bois bien au contraire, elle s’affiche tous les jours dans tous les médias.

Mimosa

Publicités
Comments
2 Responses to “Esse que quelqu’un sait où on peut baiser ce soir ? J’ai répondu au bois”
  1. Pierre dit :

    Ces deux critiques très contradictoires m’interpellent et me font presque plaisir, dommage que dans les salles la plupart des spectateurs s’allient à la « Mol’Attitude », une tendance poulpesque très à la mode dans les théâtres durant ces étés chauds où l’on peut voir se répandre sur le bitume une horde de protozoaires consensuels coiffés de panama, on peut néanmoins ne pas être d’accord sur tel ou tel point et ne pas préjuger de l’intégrité de son voisin, sus aux suspicions, oui aux points de vue, forcément !

  2. bely dit :

    Ce spectacle est un scandale. Il fallait voir la tête des spectateurs dans le bus du retour. Dépités, en colère. Quasiment aucun applaudissement.
    De ma vie de spectateur et de blogueur (depuis 5 ans), je n’ai jamais vu un spectacle aussi vulgaire, avec un texte incompréhensible, des acteurs livrés à eux-mêmes et une mise en scène qui hésite entre du Jan Fabre et un mauvais Feydeau.
    Spectacle à fuir. Il est rare que je m’engage de la sorte.
    Mimosa, votre papier m’attriste beaucoup. Mais la revue Mouvement qui sponsorise ce spectacle sera fière de vous.