OFF 2011 : Un Médée onirique…

VU : Médée ou l’insomnie de l’amour monstre / Diana Dobreva / Petit Louvre / 12h35

Le mythe de Médée n’est pas une histoire faite de rebondissements et de péripéties. Ce n’est pas non plus l’immobilité d’une conscience tiraillée par un dilemme insolvable. Non, Médée, c’est la passion, la folie, l’amour inconditionnel. Dans son spectacle très esthétique, Diana Dobreva met en valeur cet absolu.

Peut-ëtre faudrait-il maîtriser vraiment le mythe, avant de se laisser hypnotiser par la représentation : Médée a renoncé à tout pour l’homme qu’elle aime, Jason, et elle a trahi sa famille en lui donnant la Toison d’or. Délaissée par le perfide, elle se laisse prendre par une jalousie dévorante qui la conduit à une série de meurtres, jusqu’à celui de son propre fils.

Dans la lecture qu’en fait Dobreva, il n’est pas nécessaire de s’appesantir sur les étapes essentielles du mythe. La trame est réduite à ce qu’elle a d’essentiel. Ainsi, est-il inutile de savoir que Médée part à l’étranger, ou que l’homme tout vêtu de blanc est un précepteur. Ce qui nous est proposé réside dans la puissance de l’émotion et des sentiments.

La scénographie est dépouillée, et les costumes monochromes, larges étoffes qui circulent comme des eaux, ne perturbent pas son minimalisme. Le peu de dialogues laisse la part belle à la mise en scène et à une chorégraphie soignée. Cette grande fluidité joue sur des effets de démultiplication proche de l’illusion.

C’est la nature de magicienne de Médée qui est ainsi désignée. Ce Médée est envoûtant par sa clarté et sa précision. laissant l’impression d’assister à un rituel antique, servi par ces formules incantatoires, en réalité du Bulgare à l’envers. L’énergie circule d’un corps à un autre, des plus jeunes aux plus expérimentés.

Le sublime inhérent à l’oeuvre l’emporte sur l’envie d’en comprendre le texte. On se laisse porter à l’envi, prêts à se faire happer pour un voyage sans limite temporelle.

Floriane Toussaint

Publicités
Comments
2 Responses to “OFF 2011 : Un Médée onirique…”
  1. Damien dit :

    En effet, très belle critique et qui donne d’autant plus envie d’aller voir cette pièce quand on a vu le délicat travail de cette artiste l’an dernier. Mon pépé à moi, homme cultivé dans l’âme et curieux de tout y serait allé sans aucun doute.

  2. doudou mariolo dit :

    certainement un beau travail , une belle interprétation , mais comme disait mon pépé çà c’est du spectacle ou je m’endort dès le premier quart d’heure ! ben oui il faut de tout pour faire un monde ! mais excellente critique !