A LA MANU : Un Homme debout, en forme d’autobiographie émouvante


VU : Un homme debout / Jean-Marc Mahy / ms : Jean Michel Van Den Eeyden / La Manufacture / 20h45

Je ne suis pas un acteur … La pièce ouvre par un homme seul sur scène, plateau vide, juste un tabouret et cette phrase « Je ne suis pas un acteur … » Par gestes précis, Jean-Marc Mahy dessine un rectangle au sol à l’aide de scotch…

Puis alors entame ce récit en forme d’autobiographie, histoire vécue de ce jeune homme qu’il fut, à peine 17 ans, et qui par un concours de circonstances et de mauvaises rencontres, s’est retrouvé accusé du meurtre d’un gendarme.. Malgré toutes ces années, lui-même ne sait toujours pas s’il a réellement tiré, acceptant depuis toujours la sanction et regrettant infiniment son geste.

Difficile de classer cette pièce hors-genre, qui résonne bizarrement… Car ici, nul masque, juste un homme, protagoniste d’une tragédie humaine hélas ordinaire, et qui tente par tous les moyens de faire passer le message auprès des jeunes en difficulté… Leur faire accepter la main qui leur est tendue, ce que lui n’a jamais su recevoir durant ses jeunes années difficiles.

Cet homme, comme nu devant nous, ne nous épargne rien de sa vertigineuse descente aux enfers. Jamais il ne tentera pour autant d’esquiver sa part de responsabilité, mais montre sans fard, et de fort touchante manière, toute l’atrocité du sort réservé à ces condamnés de haute sécurité… Tantôt oscillant entre la folie, le désir de suicide, la solitude et le rejet de tous.

Le début d’Un homme debout semble avoir choisi le parti-pris chronologique. Jean-Marc Mahy narre ses interrogatoires, le procureur, les débuts en cellule, interprétant tous les rôles… Et même si, comme il le dit, il n’est pas acteur, malgré les faiblesses de son jeu, l’émotion passe.

La seconde partie, plus intimiste, plus proche du cœur et moins du récit, en est d’autant plus bouleversante : Jean-Marc Mahy remue énormément lorsqu’il parle de ces proches, ces victimes collatérales de cette sombre histoire. Mais peut-être cette progression, de la simple narration à un épanchement des émotions et des bleus à l’âme, livre t-elle bien mieux le parcours de cet homme qui a su, durant toutes ces années de prison, découvrir la beauté des mots, des livres, et s’éduquer en s’ouvrant aux autres.

Jean-Marc Mahy œuvre maintenant pour la réinsertion des jeunes en difficulté, et ce témoignage, plus qu’une repentance, est pour lui un outil d’aide à ces exclus en errance.

Jusqu’au bout, jusqu’aux applaudissements, Jean-Marc Mahy restera debout, humble, digne et infiniment touchant.

Pierre Salles

Publicités
Comments
2 Responses to “A LA MANU : Un Homme debout, en forme d’autobiographie émouvante”
  1. lea epoh dit :

    bravo jean marc!
    je vois que tu as encores » frappé » a avignon;
    bonne suite et a bientôt!!!!!!
    lea

  2. j’adhère à la démarche ! maintenant « je ne suis pas un acteur » pas au sens sortir de l’école bidule , du conservatoire tartanpion , certes mais on est tous Acteur dans son chemin de vie , chemin de résilience pour certains et là le vilain petit canard est sorti de la mare !