AU THEATRE DES HALLES : Un Dom Juan bien trop léger

VU : Dom Juan / mes : Laurent Rogero / Théâtre des Halles / 21h30

« 1 acteur + 1 masque + 1 cube + 4 boules d’argile = Dom Juan », telle est l’équation que nous propose Laurent Rogero pour ce « Dom Juan » donné dans la Chapelle Sainte-Claire du Théâtre des Halles.

Tout à la fois metteur en scène et comédien, Laurent Rogero a choisi l’option du solo. Dom Juan et lui, donc, seuls au public, Rogero modelant au gré des besoins les (nombreux) personnages du Dom Juan, à l’aide de masques, boules d’argile ou encore en utilisant une sorte de boite-à-malices. Ainsi est-il tout à la fois, acteurs, personnages et lieu de l’intrique. Quoique sommaire dans le principe, la ficelle peut être efficace et se donne pour ambition de replacer Dom Juan et sa solitude, sa folie, au centre de l’intrigue.

Rogero use de mille facéties de jeu et de ses quelques accessoires, afin de remplir au mieux le monde vide de Dom Juan, des fantômes de ses conquêtes et des autres protagonistes de l’oeuvre.

La forme touche le public, qui souvent sourit et parfois rit aux éclats franchement. Mais est-ce là la véritable intelligence de cette pièce ? Comment réduire Dom Juan à cet être qui est dépeint ici, somme toute, comme un personnage creux et futile ? Que devient cette fragilité inhérente au texte d’origine, qui se devrait d’être palpable aux moindres de ses gestes, de ses silences, et qui par là-même justifie sa mise en abyme finale ?

Autant est-il probable que le spectateur se laisse entrainer par le plaisir évident que prend l’acteur à jouer seul Dom Juan, en cette forme légère et agréable, comme un enfant jouerait avec ses poupées, autant retrouver le véritable Dom Juan et toute la subtilité de l’oeuvre dans cette proposition s’avère bien plus problématique.

Pierre Salles

Publicités
Comments
2 Responses to “AU THEATRE DES HALLES : Un Dom Juan bien trop léger”
  1. P.Salles dit :

    En effet « Doudou » , faire sourire le public est déjà important … Mais vous avez surement compris que j’ose espérer un peu plus lors d’une representation de « Dom Juan ». Juste une question « d’attente » par rapport à une pièce majeure.

  2.  » vous avez quand même signalé que le public souri voir rigole bien  » bien c’est quand même dur de plaire aux critiques !