A LA LUNA : Le monologue de la femme rompue

VU : Le monologue de la femme rompue / Simone de Beauvoir / mes Julien Cottereau / La Luna / 18h45

Julien Cottereau, Molière Révélation masculine en 2007, met en scène le monologue écrit par Simone de Beauvoir, l’histoire de Murielle, une femme issue de la bourgeoisie et qui, suite à la perte d’un enfant sera rejetée par son milieu, et exprimera sa souffrance par une nuit de jour de l’an, lorsque la fête bat son plein…

Le plateau est un ring imaginaire matérialisé par un rectangle au sol, une chaise à l’un des coins, seul accessoire du spectacle. Murielle est là, assise, comme prostrée. Le combat peut commencer…

Tout au long de ce « monologue », Fane Desrues incarne Murielle avec rage et violence, alternant, tel un véritable combat de boxe, des moments purement offensifs, crachant son venin, et des moments durant lesquels elle baisse sa garde ou reprend son souffle dans son coin.

Le rythme est binaire et guerrier, les lumières le sont aussi, et c’est là tout le problème. Malgré un formidable travail d’actrice de Fane Desrues, là où l’on pourrait s’attendre à un cri de haine et de souffrance d’une femme rejetant sa propre culpabilité sur le monde, le metteur en scène a pris l’option de la balance perpétuelle entre vocifération et abattement. La mise en lumière, simpliste, ne fait qu’appuyer le propos : noir pour l’abattement, blanc pour le combat, bleu pour la lune…

Une mise en scène plus fine, plus sobre, aurait pu d’avantage mettre en valeur ce texte très actuel, dont les mots n’ont pas vieilli… Un monologue servi par une actrice pleine, entière et visiblement inspirée.

Pierre Salles

Publicités

Les commentaires sont fermés.