Ce 26 juillet : Clôture du 65e Festival d’Avignon

Clôture de ce 65e Festival d’Avignon ce soir 26 juillet, que nous irons fêter avec Romeo Castellucci à l’Opéra-théâtre, pour la dernière de son Sul concetto di volto nel figlio di Dio

Une édition 2011 plutôt réussie dans l’ensemble, et quelques spectacles inoubliables qui nous laisseront un excellent souvenir de ce 65e Festival. Ces quelques éclats dans la nuit magique d’Avignon, qui auront marqué de manière indélébile le public qui aura eu la chance de partager ces très grands moments de théâtre, expériences magnifiques et inédites, comme nous aimerions qu’elles soient plus fréquentes et plus nombreuses :

Vincent Macaigne et son sidérant Au moins j’aurai laissé un beau cadavre, Angélica Liddell toujours superbe, et son émouvant Maldito sea el hombre que confia en el hombre, les excellents Sophie Perez et Xavier Boussiron, avec leur Oncle Gourdin déjanté, mais aussi avec leurs deux petites formes données pour la 25e heure : Faire Mettre et Ecarte la gardine, tu verras le proscénium… le très bon Suicidé de Patrick Pineau dans le cadre sublime de la Carrière Boulbon, l’affûté Tino Sehgal et son extraordinaire et très zen happening This Situation

Et aussi Cyril Teste, William Forsythe, Xavier Le Roy, Wajdi Mouawad, Anne Teresa de Keersmaeker… Voici ce que nous retiendrons de ce très bon cru 2011. Une cuvée délicieuse, dont nous nous souviendrons durablement.

Vive le Festival d’Avignon, qu’il demeure ainsi, riche de découvertes multiples, fort de ce goût de l’innovation et habité de cet esprit de partage avec un public qui le lui rend bien.

Eléonor Zastavia

Photo : Au moins j’aurai laissé un beau cadavre de Vincent Macaigne (DR)

Publicités
Comments
3 Responses to “Ce 26 juillet : Clôture du 65e Festival d’Avignon”
  1. doudou mariolo dit :

    petit NB : je suis sur facebook et my space rubrique :doudou mariolo

  2. doudou mariolo dit :

    Latcho dives Amis de la Critique !

    Ai eu peur , vraiment sincèrement que vous ne trouviez bonheur tans vos textes étaient parfois « Pamphlétaire  » ? on peut le dire ! je ne suis qu’un modeste Saltimbanque Lambada ! qui amuse de ci de là les gadjé et les cousins de rencontre , mais ai beaucoup appris par vos analyses et vous en remercie ! à 2012 ?

    • Merci à vous de nous avoir suivis, fidèle commentateur !

      Et bonne chance dans votre vie (et vos spectacles) de saltimbanque. Nous aimons les saltimbanques..

      Et nous ne sommes pas encore partis ! Le Off termine le 31 juillet, le Bruit aussi du coup !

      A bientôt donc,

      Elénor