L’ASTICOT DE SHAKESPEARE : UN BEAU MOMENT DE THEATRE AVEC CLEMENCE MASSART

http://www.lebruitduoff.com / 16 juillet 2012

AVIGNON OFF 2012 : L’asticot de Shakespeare / Mes Philippe Caubère / avec Clémence Massart / Théâtre des Carmes – 18h00

Clémence Massart mise en scène par Philippe Caubère ! Quel beau cadeau pour quiconque a aimé les tribulations théâtrales autobiographiques de Philippe Caubère dans « Le Roman d’un acteur » et « L’Homme qui danse ». Qui n’a pas rêvé alors de rencontrer enfin sur scène la fameuse Clémence Massart ? Ce spectacle a déjà connu le succès l’année dernière en Avignon et nous revient cette année avec une mise en scène légèrement modifiée.

Un spectacle qui nous parle donc de mort et d’asticot … Quoi de plus spirituel et de plus trivial que ces deux noms juxtaposés ? Cette petite femme déboule sur scène tel un ouragan sympathique et léger avec quelques regards coquins et complices à l’adresse des spectateurs, médusés de voir arriver cet énorme asticot. Oui ! Elle ose ! Faire une entrée sur scène en gros asticot affublé d’un accordéon. Clémence Massart commence son spectacle en chanson … « Qu’tu sois mendiant ou Roi … tu passeras par moi … ». Le ton est donné. S’ensuit une série de textes qui évoquent la Mort de la façon la plus crue. Certains sont drôles, voire hilarants. D’autres extrêmement touchants, comme le Papé, d’une justesse éclatante, lisant le texte de Giono, « Le grand troupeau », pour raconter avec une telle nonchalance descriptive toute l’horreur de la mécanique de la mort sur les champs de bataille, à tel point que n’importe quel colonel deviendrait pacifiste.

Là où Clémence Massart réussit un tour de force, c’est bel et bien, grâce la belle mise en scène de Philippe Caubère, par une interprétation toujours en rupture et d’une légèreté qui manque bien souvent en Avignon. Cette artiste nous offre une véritable « leçon » de savoir-vivre et de savoir-être sur scène, faisant tout, accordéon, trompette, voix, transformation physique à l’aide de masques et d’accessoires. Mais c’est également avec de simples clins d’œil, de sbtilles évocations, passant d’Hamlet au Roi par la seule expression du regard. Cette femme est un caméléon, le caméléon poète du Festival. Même quand elle dit des horreurs en nous regardant droit dans les yeux, nous la trouvons encore sympathique, touchante, bienveillante. Quel plaisir que d’être mangé par un asticot de la sorte ! Quel appétit de la vie ! Allez-y donc Madame Massart, mangez donc tous les spectateurs d’Avignon pour leur recracher à la gueule votre beau et magnifique Théâtre.

Si vous n’avez déjà vu cet « Asticot », allez-y en urgence pour découvrir une comédienne pleine et entière, d’une extrême poésie et d’un immense talent. Et si vous l’avez déjà vu l’an dernier, eh bien… allez-y à nouveau ! Il faudrait être fou… ou mort pour se passer de ce délicieux moment de pur théâtre.

Pierre Salles

LABEL OFF : spectacle recommandé par lebruitduoff.com.

Publicités
Comments
One Response to “L’ASTICOT DE SHAKESPEARE : UN BEAU MOMENT DE THEATRE AVEC CLEMENCE MASSART”