L IMPORTANCE D ETRE WILDE

L IMPORTANCE D ETRE WILDE – De Philippe HONORE – Mise en scene : Philippe PERSON – Decor : Vincent BLOT – Lumiere : Alexandre DUJARDIN – Costumes : Emmanuel BARROUYER, Anne PRIOL – Avec : Anne PRIOL, Pascal THOREAU, Emmanuel BARROUYER – Le Lucernaire – Le 25 octobre 2011 – Photo : Pacome POIRIER/WikiSpectacle

Comments
One Response to “L IMPORTANCE D ETRE WILDE”
  1. HF dit :

    Mais quelle tristesse dans votre analyse cher(e) journaliste ! Quel dommage que vous n’ayez pas su apprécier dans ce spectacle sa véritable saveur !
    En effet, c’est après été séduit par Misérables, l’avant dernière composition de la compagnie Philippe Person, un spectacle des plus réussis (non seulement par une mise en scène novatrice et par la performance d’acteur que vous semblez tout de même avoir noté chez Anne Priol, ouf!) que je suis allé voir L’importance d’être Wilde.

    Tout d’abord je voudrais signaler aux internautes que l’un des nombreux intérêts du travail de cette compagnie est sa présentation globale d’oeuvres classiques (telles que celle de Wilde et d’Hugo pour ces deux spectacles) qui est accessible à tous et qui en plus nous ouvre le chemin vers la lecture ou la relecture de ces incontournables ! On ressort des Misérables comme de L’importance d’être Wilde avec une frénétique envie de se ruer sur les ouvrages mentionnés.

    On adore l’angle choisi pour la scénographie plutôt épurée mis à part quelques fauteuils une liseuse et surtout un immense cadre (cf illustration de l’article) recouvert par une multitude de clichés d’hommes et de femmes incarnant la beauté qui rappellent l’homosexualité d’Oscar Wilde ainsi que bien sûr son oeuvre la plus célèbre : Le portrait de Dorian Gray.

    Vous critiquez l’accumulation d’aphorismes… mais ne voyez vous comme il s’établit un rythme à travers cette conversation et comment chacun d’entre eux a une véritable pertinence tant dans leurs interprétations que dans l’implicite qu’ils révèlent ?

    Enfin il est plutôt subtil que fade de la part du metteur en scène de n’avoir recours à la projection que pour achever le spectacle car il s’agit d’un simple clin d’oeil fin dont on n’abuse pas ! Il en va de même pour les costumes qui évoquent autant l’époque d’Oscar Wilde (subtilité qui évidemment vous échappe) que le théâtre et la tragédie dans son étoffe, mais aussi avec plein d’humour notamment avec la tenue du juge partiellement constituée d’une robe de père Noël.

    Le texte ce Philippe Honoré rend un magnifique hommage à Oscar Wilde, à son Oeuvre avec une grand O ainsi qu’à la nation anglaise, on discute de l’homophobie et la musique dans ses mélanges de genres est totalement en accord avec le propos !

    Je regrette, cher(e) inerlocuteur(trice) que vous ayez été à ce point traditionaliste et posant votre veto à toute modernité -feignant plutôt de reprocher à la mise en scène d’en manquer.

    Je recommande comme on a pu le comprendre l’ensemble du travail de Philippe Person ainsi que de sa troupe !

    HF

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie