LE OFF D’AVIGNON : POUR LE PIRE ET POUR LE MEILLEUR…

http://www.lebruitduoff.com / 20 juillet 2012.

AVIGNON OFF 2012 : LE BILLET DU JOUR / La vie du Off, par Sophie Héliot.</strong>

Eternel dilemme pour le -véritable- amateur de théâtre : Faut-il continuer coûte que coûte, année après année, à « faire » ce Off de plus en plus rébarbatif, surpeuplé de trucs sans intérêt, quand ce ne sont pas les biopics de nullité et de vulgarité que nous proposent les plus grandes salles de la rue de la Ré ou de ses adjacentes, ou celles minuscules mais tout aussi racoleuses de la rue des Teinturiers ?

Il est vrai que ce Off est de plus en plus minable, phagocyté par les marchands de soupe, et du coup de moins en moins fréquenté, ceci expliquant cela. Il suffit de constater le remplissage à 95 % du « In » pour comparer avec ce Off aux salles désertes ou quasi, à l’exception de quelques lieux de qualité, tous connus et reconnus des festivaliers du « In ».

Et de malheureusement, la lie des salles du Off, dont le public de ploucs n’est ni festivalier ni même touriste culturel, juste le paysan de Châteaurenard lambda qui amène sa famille « au festival », le temps d’une soirée. Histoire de mater ces parades infâmes et inutiles et de se donner le frisson du festivalier. Des ploucs, on vous le dit. Mais qui remplissent gaillardement les spectacles ineptes du Paris ou du Capitole… Le Peuple des Suceurs de Glace est décidément très envahissant en nos belles régions du Sud.

Il est vrai aussi que dans ces 1267 spectacles recensés dans le Off, peu sont dignes de l’appellation de « spectacles de théâtre ». 10 % tout au plus, et encore on est gentils… Le Off est devenu une énorme baudruche mercantile sans âme ni théâtre. Mais voilà, il se trouve qu’à part le public (du Théâtre) et quelques rares compagnies lucides, cela n’émeut personne, pas plus la mairie et ses responsables culturels, que les incompétents « dirigeants » de l’association « organisatrice » du Off, AF&C.

Le pire, nul besoin de se fatiguer pour le trouver. Le Off regorge de merdes infâmes qui s’auto-intitulent « spectacles ». En dresser la liste serait fastidieux (90 % du catalogue d’AF&C) et vain. Nous ne ferons donc pas un « top ten » des « flops ». Mais nous ne résistons pas au plaisir d’en citer quelques uns : ainsi de TOUS les spectacles proposés dans les salles de la rue des Teinturiers à éviter absolument : « théâtre » de blaireaux fait par des blaireaux pour des blaireaux, inculte et vulgaire. Comme ce « Godot est arrivé », juste un sommet monstrueux de bêtise crasse et de vulgarité… Ou encore TOUS ceux à fuir sans état-d’âme,  du Paris, du Palace, du théâtre des Remparts, du Capitole, du Laurette Théâtre, du Palais Royal… On vous en passe, et pas des meilleurs.

Mais tant que M. Germain et sa bande continueront d’officier aux manettes de ce Off, aidés en cela par la mairesse UMP d’Avignon toute dévouée à leur « cause », ne doutons pas que cela continuera ainsi… Et finira par tuer le Off tout bonnement. Espérons qu’ Aurélie Filippetti se penche rapidement sur le sujet… Mais nous avons de bonnes raisons de penser que cette gabégie ne lui pas échappé, et qu’elle est en train d’y réfléchir. Ce ne seront pas les contorsions idéologiques de M. Germain, UMP’s follower, ni ses courbettes indécentes à l’égard de tout ce qui incarne le pouvoir qui y changeront quoi que ce soit…

Le meilleur, on le trouve -forcément- dans les meilleures salles, comme celles que l’on vous conseille depuis trois saisons. Elles sont peu nombreuses (une petite douzaine), mais proposent des programmes -toutes tendances confondues- raisonnés, intelligents et marqués du sceau de l’amour du théâtre. Du vrai, s’entend. Nous n’allons pas les re-citer, mais reportez-vous, chers lecteurs, à nos présélections déjà publiées.

Voilà. le Off ne change pas, et a même tendance à amplifier ses défauts et impasses. Chacun a bien à l’esprit que pour qu’un tel bonheur advienne, il faudrait réformer au plus profond. En commençant par retoquer ladite équipe de bras-cassés plus ou moins « désintéressés » d’AF&C, et son auguste président, sa majesté Greg Germain. Puisse faire que les compagnies, au premier chef intéressées, et les pouvoirs ensuite, en premier lieu madame Filippetti, se décident à envoyer enfin ce coup de balai salutaire.

Sophie Héliot 

Visuel : Aurélie Filippetti, ministre de la Culture du nouveau gouvernement/ Photo DR.

Publicités
Comments
8 Responses to “LE OFF D’AVIGNON : POUR LE PIRE ET POUR LE MEILLEUR…”
  1. Philippe Lambert dit :

    Je ne peux m’empêcher d’admirer la personne qui se sait capable de dire ce qui est bon ou mauvais, ce qui a le droit d’être joué et ce qui n’en a pas le droit, quel est le bon public et quel est celui dont la présence dans un théâtre est une outrecuidance ! Je ne suis probablement qu’un plouc mais quand je n’aime pas un spectacle, je me dis que c’est une question de goût et ne méprise pas ceux qui le produisent, ceux qui le jouent et surtout ceux qui l’apprécient. La seule réponse à votre article est celui-ci : VIVE LA LIBERTÉ, VIVE LA DÉMOCRATIE… Et le jour où on dira au Off ce qu’il a le droit de produire, voire où on l’interdira, je quitterai ce pays qui sera devenu une dictature.

  2. Hugomayer dit :

    Elle se prends pour Dieu, cette journaliste pour décider ce qui est bon où mauvais !

    • Je ne pense pas, non. Elle fait juste son boulot de critique… Et accessoirement, ici dans ce papier, de porte-parole de la rédaction !

      Mais certes, je comprends qu’avoir un avis quelque peu tranché, en cette période où il est bon ton de ne pas en avoir et en ces pratiques publi-rédactionnelles ou de copinage, de plus en plus répandues dans certains médias, puisse en déranger certains…

      • mathieu dit :

        je ne critique pas la radicalité de cet article. mais on peut avoir à la fois un avis tranché et intelligent.
        votre vision de journaliste critique rime avec un sectarisme niais, facile et trop répandu.
        et oui, être critique demande ouverture d’esprit, intelligence et humilité. ce papier en est complétement dépourvu.

        un plouc d’Avignon

      • Vous faites bien de signer ainsi… Votre commentaire plus qu’insultant à l’égard du travail d’une rédaction tout entière et de notre chroniqueuse en particulier ne sert pas votre image et, au contraire justifie parfaitement le sobriquet dont vous vous affublez.

  3. thierry Gontier dit :

    La culture n’est plus pour tous ? exit les ploucs, leurs familles, les faux amateurs de théatre, le faux théatre, les mauvais spéctacles, les mauvais comédiens……… faut il ici une liste de toutes les merdes qui ont été montées cette saison par de  » vrais théâtreux », faut il ici rappelé qu’à la majorité,notre chèr pays à été gouverné par l’u.m.p et qui vous savez ! je suppose que ces votants n’allaient pas au théatre …. ! je ne suis ni de droite, ni de la région d’avignon, mais n’aime pas votre vision trop extrêmiste à mon goût !
    Mes salutations votre splandeur.
    thierry G.

  4. drelin dit :

    sur la qualité des programmes l auteur a sans doute raison en partie ,sur le public du off local son mépris est absolument inadmissible ,bien joli de pérorer en parisianismes snobs mais le public « local plouc con » n est pas responsable de l inanité des présentations qui ne permettent en rien de former le goût et le regard critique,la soupe intellectualialisante est parfois d ailleurs aussi infame,en trente ans de festival j ai vu des bouses dans le in et dans le off confondu
    je suis aussi désolé du spectable souvent affligeant de toute cette agitation pérorante et vaine…
    mais
    une bonne politique culturelle qui grandit le spectateur autant que l’artiste ne commence pas par le mépris ;ça ce n est pas de la culture ,c est simplement le choix d un élitisme pseudo intello à deux balles

  5. mathieu dit :

    je comprends votre énervement contre les pièces sans intérêt qui inondent le off.
    par contre, il ne sert à rien de tirer sur le « paysan de Chateaurenard » qui n’y est pour rien…
    le sectarisme n’aidera pas le off à retrouver un théâtre populaire de qualité accessible au plus grand nombre comme voulu par Vilar.

    un plouc d’Avignon.