AVIGNON OFF : GREG GERMAIN OU L’ART DE LA DISCRETION !

LE BRUIT DU OFF / 15 juillet

greg

Chut ! Je ne suis pas là ou si peu…Telle est la devise 2014 de sieur Greg Germain. L’homme des médias, adorateur des douces caresses de certains journalistes est donc, pour ce festival 2014, d’une discrétion quasi monacale. On aura remarqué qu’il est bien venu pour le lâcher de ballon de la traditionnelle parade du Off histoire d’être sur la photo par contre, on ne l’a pas vu pour la marche silencieuse dont il était pourtant un des initiateurs et grand défenseur quant à cette forme de lutte. Manifestement sa solidarité envers le mouvement des intermittents et précaires s’arrête là où commence le football (c’était le jour du ¼ de final France / Allemagne…), la classe ! Que l’on se rassure maintenant que la coupe est terminée, on devrait revoir l’ami Greg quoi que…

Au Bruit du Off, on est assez persuadé qu’il restera discret jusqu’au bout et pour cause ! Petit retour en arrière…

C’est bien en 2003, lors du premier mouvement des intermittents qui avait d’ailleurs conduit à l’annulation du Festival d’Avignon par son directeur de l’époque Bernard Faivre D’arcier, que le président actuel du Off a débuté sa longue marche vers ce poste tant désiré. Notons qu’il avait dézingué le président du Off de l’époque (Alain Léonard NDLR) suite à sa déclaration pour le moins maladroite annonçant l’annulation du Off dans la foulée du In. Dès l’année suivante, Germain et consorts déposent les statuts d’une nouvelle association (Association des Lieux du Festival d’Avignon, ALFA. Notons au passage que c’était son nom de code dans Médecins de nuit, cela ne s’invente pas !) et qui fera scission dans le Off en 2004 en proposant un second programme et une seconde carte de spectateur générant alors un bordel sans nom. En 2005, ALFA présidée par Greg Germain, accepte de signer la paix avec l’association historique (Avignon Public Off, APO) en prenant au passage 70.000€ pour combler le déficit de son association. D’où venait cet argent me dire-vous ? Très simple, du partage de l’argent généré par cette fameuse carte de spectateur, la classe encore…

En 2006, APO devenue AFO (Avignon Festival Off) refuse d’acheter à nouveau la paix et l’ami Greg se jette dans la création d’une nouvelle association, Avignon Festival et Compagnies la bien nommée. Il arrive, avec un certain talent mais surtout en racontant n’importe quoi à tout le monde, à fédérer un joli monde scellant ainsi le sort d’AFO déjà malmenée par une direction contestable.

Depuis tout roule, Germain a pris la présidence d’AFC, il est souvent brocardé pour ses attitudes grossières, ses attaques permanentes en direction du IN ou son omniprésence mais peu importe, chaque année dès le lendemain des festivités, tout le monde a tout oublié…et on recommence.

A la lecture de ce petit historique, on comprend mieux la discrétion du président du Off qui doit bien comprendre que la boucle est bouclée, près de 11 ans après le début de sa longue marche ; c’est bien sur le dos du mouvement des intermittents qu’il s’est lancé dans la bataille, solidaire on vous dit ! Sieur Germain et sa mémoire doivent, à l’évidence, regarder le mouvement 2014 d’un mauvais œil craignant qu’un autre surfe, comme lui, sur les intermittents. Rassurez-vous, m’sieur Germain, personne d’autre que vous n’aurait une telle idée

Vincent Marin

Publicités

Les commentaires sont fermés.