ON FERME !

el syndrome 3

LEBRUIDUOFF.COM – 26 juillet 2015

Et voilà cette édition 2015 qui s’achève… Curieuse édition en réalité, pas toujours très fréquentée : un public plutôt inégal, une affluence en dents de scie, des salles pas toujours très remplies. La « crise » est passée par là, à preuve le nombre de programmes d’AF&C en jachère devant les théâtres, encore disponibles au 25 juillet !

Artistiquement, le Off 2015 est évidemment dans le droit fil des précédents, soit à 90 % plutôt infréquentable… Ceci dit, le niveau général de la petite centaine des meilleurs spectacles 2015 est plutôt relevé, première jolie surprise. Des salles se sont faites remarquer comme le Girasole par exemple, avec une programmation certes classique mais de haute tenue. Dans l’ensemble, ce sont toujours -hélas pour les autres- les mêmes théâtres repérés, reconnus, professionnels, qui tirent leur épingle du jeu, avec une programmation exigeante et de bonne qualité, malgré leurs différences d’esthétique.

Le BDO continue donc de faire son job, en cette sixième saison. Sans ciller. Et toujours sans compromis. Voilà même ce qui fait notre « marque » : notre indépendance et notre liberté de ton. Et nous y tenons. Pour ce qui est du Off lui-même, nous continuerons malgré tout -et contre beaucoup- à défendre une certaine idée de l’art, et à nous battre contre tous ceux qui en rabaissent et la qualité et les exigences, au profit d’un mercantilisme neo-libéral détestable que nous combattrons toujours. Comme nous continuerons de nous élever contre les insuffisances et les distorsions de la direction d’AF&C, quelqu’en soit le prochain président.

Quant au IN, que pouvons-nous en dire ? Hélas, guère fringuant, il n’a proposé qu’une poignée de spectacles dignes du niveau de ce qui fut le prestigieux Festival d’Avignon, avant qu’Olivier Py ne s’en empare et en abaisse remarquablement la qualité. Pas de prise de risques, peu de découvertes, le IN 2015 était ronronnant et convenu, à l’exception de 3 ou 4 spectacles comme l’Ostermeier (mais ce n’est plus une découverte) ou le Krystian Lupa (et lui non plus)… Bref, une deuxième programmation d’Olivier Py mollassonne, sans panache, qui ne restera pas dans les annales.

Rendez-vous donc en 2016 pour la prochaine édition du Festival et de son Off avignonnais, et ce qui sera alors notre septième saison. Merci d’être toujours plus nombreux à nous lire, nous soutenir et nous aimer.

Passez un excellent été, qu’il vous soit doux et artistique.
Et à l’année prochaine, donc. Même endroit, même heure.

La rédaction

Image : « El syndrome », donné au 69e Festival d’Avignon.

Publicités

Commentaires fermés