« ON A FORT MAL DORMI », INTERVIEW DE JEAN-CHRISTOPHE QUENON

on a fort mal dormi

LEBRUITDUOFF – 25 juillet 2016

Interview de Jean-Christophe Quenon, comédien dans « On a fort mal dormi » – Mise en scène de Guillaume Barbot. (Théâtre La Manufacture au Festival Off Avignon 2016)

BDO : Parlez-nous de ce merveilleux spectacle, adaptation des livres de Patrick Declerck.
Jean-Christophe Quenon :
Eh bien c’est l’adaptation de deux livres de Patrick Declerck qui est ethnologue, philosophe et psychanalyste d’origine belge et qui, pendant 15 ans, a été le psychanalyste des clodos au centre d’accueil et d’hébergement de Nanterre. Il a écrit fin des années 90 un bouquin qui s’appelle « le Naufragé » et qui a été une espèce de bombe atomique. C’est d’ailleurs toujours un bestseller qui est régulièrement réédité. Il a presque 30 ans et c’est toujours la Bible pour tous les gens qui travaillent dans ce milieu, un milieu que moi, à la base, je ne connais absolument pas. Voyant que ce livre est une bombe mais que rien de bouge, au contraire, il écrit un autre bouquin au début des années 2000 qui là est un pamphlet, beaucoup plus court avec les limites du pamphlet, c’est à dire que c’est avant tout un cri de colère qui s’appelle « Le sang nouveau est arrivé ». Le spectacle est autour de l’adaptation de ces deux livres.

BDO : Comment est né ce spectacle ?
Jean-Christophe Quenon :
Guillaume Barbot est un jeune metteur en scène qui monte beaucoup en ce moment et qui travaille uniquement sur du matériau non théâtral qu’il théâtralise. Il a eu un prix au Festival Impatience et il est venu me chercher pour ce spectacle. C’est un bouquin qu’un de ses profs lui avait conseillé à l’école de théâtre, ça a été pour lui comme un uppercut et il l’a ressorti il y a deux ans. Il fait des choses habituellement avec beaucoup d’acteurs et beaucoup d’effets mais ce n’est pas le cas ici.

BDO : En effet le spectacle est très sobre.
Jean-Christophe Quenon :
Oui ! 5 projecteurs avec de très belles lumières de Maryse Gautier qui est l’ancienne éclairagiste de Claude Régy et qui fait des lumières incroyables. Pas de décor ou presque, pas de son.

BDO : Comment avez-vous appréhendé ce rôle ?
Jean-Christophe Quenon :
La souffrance passe par les mots et je ne voulais pas faire un travail, stanislavskien, il était hors de question pour moi comme pour guillaume qui m’a convaincu de faire ce projet avec lui, de jouer un clochard sur scène, c’était impossible ! D’ailleurs j’aurai refusé un tel rôle. Du coup on a travaillé à partir de la parole de Declerck qui une langue assez incroyable et rabelaisienne et à partir de ce que le texte a provoqué en moi.

BDO : L’impression donnée au spectateur est étrange tant vous semblez impliqué.
Jean-Christophe Quenon :
Oui ! C’est ce que beaucoup de gens me disent. D’ailleurs hier, j’avais un très bon ami acteur qui était là et qui me connaît presque par cœur. Il est venu me voir pour me dire « Ce qui est magnifique ce sont les allers-retours avec toi et le texte… ». Il me donne un exemple où il me dit : « Là c’est toi … » et « Non ! Là c’était Declerck ! ». C’est très anecdotique mais nous sommes devenus très amis avec Declerck. On va d’ailleurs travailler ensemble l’année prochaine sur autre chose et on a une sorte de fraternité un peu évidente. La première fois que je l’ai rencontré, j’ai pensé qu’il pourrait être comme mon grand frère, on se ressemble même aussi physiquement !

BDO : Vous rejouez bientôt à Paris.
Jean-Christophe Quenon :
Oui ! Pas mal de tournées et d’abord chez Jean-Michel Ribes au Théâtre du rond-Point sur 3 semaines. C’est une belle chance !

BDO : N’avez-vous pas peur de perdre un peu de proximité avec le public ?
Jean-Christophe Quenon :
Non car c’est dans la petite salle qui ressemble beaucoup à celle de la Manufacture. La petite salle est idéale pour ça et puis, jouer ce texte sur les Champs-Élysées me fait vraiment quelque chose et m’excite aussi énormément.

Propos recueillis par Pierre Salles

Advertisements

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s