AVIGNON OFF : « LITTORAL »… PAUVRE WAJDI MOUAWAD

LEBRUITDUOFF.COM – 18 juillet 2017

« Littoral » de Wajdi Mouawad – Mise en scène : Stéphanie Dussine – Espace Saint Martial à 14h50 jusqu’au 30 juillet (relâche le 19 juillet)

Un Wajdi Mouawad décevant

Les festivaliers fidèles se souviendront encore longtemps de la magnifique trilogie présentée par Wajdi Mouawad dans la Cour d’Honneur lors du Festival 2009 : « Littoral », « Incendies », « Forêts » , et le désir d’entendre à nouveau ce beau texte chargé d’émotion et d’humanité reste fort.

« Littoral » raconte l’histoire de Wilfrid, ce jeune homme qui apprend en pleine jouissance la mort de son père qui va transformer sa vie. Nous assistons alors à ce voyage extraordinaire de Wilfrid pour ramener le corps de son père, un mort qui a tout de même droit à la parole, dans son pays natal dévasté par la guerre. A la recherche de ses racines et de témoignages sur cette vie passée, Wilfrid, rencontre des personnes orphelines comme lui, découvre leurs profondes douleurs et les drames vécus par ses parents dans ce pays en guerre qui lui paraissait lointain. Cette quête d’identité, cette redécouverte de lui-même et du fondement de son existence, mettent fin à ses rêves d’enfant et font de lui un homme.

La mise en scène de Stéphanie Dussine est vive, passionnée, soulignée par des images qui évoquent les lieux traversés. La pièce est interprétée essentiellement par des jeunes acteurs qui veulent en découdre avec le texte et avides de brûler les planches au risque de surjouer fréquemment leurs rôles. Dans ce théâtre total qui est le sien, Wajdi Mouawad sait alterner les scènes d’humour, de passion, de rêverie, de réalisme ou d’horreur. Ces différents propos sont ici portés à leur paroxysme dans un jeu exacerbé qui manque souvent de retenue et de profondeur. Même si certains moments sont touchants, cette mise en scène, qui se veut jeune, dynamique, moderne, ne parvient pas à transmettre la poésie et l’émotion contenues dans ce magnifique texte et coupe un peu les ailes à l’imagination du spectateur.

Cette option de mise en scène reste originale et l’enthousiasme de ces jeunes acteurs est rafraichissant mais on ne retrouve pas toujours l’essentiel du théâtre de Wajdi Mouwad, les traumatismes de la guerre, la poésie, le rêve et sa profonde humanité.

JLB

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s