« L’ANNEE DE RICHARD », UNE REPRISE CONVAINCANTE

AVIGNON OFF 2018 : L’ANNEE DE RICHARD – de Angelica Liddell – par la compagnie Maskantete, mise en scène Anne-Frédérique Bourget – Artephile – 7 Rue Bourg Neuf – Avignon – du 6 au 27 juillet – 15h45 – relâche le dimanche

« Je demande un parti ». Voilà un cri bien étrange. Qui est donc cet homme qui fait preuve d’un cynisme et d’une froideur glaçants ? Qui est ce misanthrope qui réclame un pouvoir qu’il estime être un dû au nom de l’argent qu’il a injecté. Blessé, en colère, vitupérant contre la famille, rejeté de tous.

En 2009 Angelica Liddell s’empare de la figure de l’ignoble Richard III pour dénoncer dans un texte visionnaire les dérives de la politique et les mensonges de la démocratie. Ce Richard qui agit sans aucun scrupule, nous jette au visage nos incohérences, notre paresse, notre torpeur. Mettant en exergue toutes les dérives économiques et politiques des sociétés occidentale Angelical Liddell lance un réquisitoire brut et sans fard des démocraties endormies où n’importe quel beau parleur un tant soit peu intelligent n’a plus qu’à faire jouer quelques cordes sensibles et manipuler quelques opinions pour prendre le pouvoir en toute légalité. Et quand on regarde l’Europe de 2018 comment ne pas trouver ce texte visionnaire.

Anne-Frédérique Bourget et la compagnie Maskantête reviennent dans le off trois ans après «  »Et les poissons partirent combattre les hommes », déjà une adaptation d’Angelica Liddell. Sa mise en scène joue sur les contrastes : dans les changements de ton, dans les chansons qui répondent au texte, dans couleur des costumes, dans les rythmes, dans le choix de ses comédiens.

Azeddine Benarnara a la puissance du monstrueux Richard. Tantôt séducteur, tantôt dictateur, il dit avec force un texte engagé qui pousse à la réflexion. La force des mots prend tout son sens dans son interprétation. Richard ne cherche pas à convaincre par l’action mais gagne par sa capacité à manipuler par les mot Face à lui Lauriane Durix compose une figure tout aussi complexe. Elle rassure parfois, à l’air de s’inquiéter, cajole. Comédienne en mouvement elle est le complément charme et séduction de Richard. Tous les deux ont une large palette d’expression. Accompagnés par la musique live de Alexis Sibeleau ils forment un redoutable tandem qui tisse sa toile pour nous faire tomber dedans.

« Réveillons-nous » nous dit Angelica Liddell !

Christine Eouzan

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie