« ADRIANA », AMIN MAALOUF PLOMBE PAR DES COMEDIENS APPROXIMATIFS

dsc_0106_0

LEBRUITDUOFF.COM – 27 juillet 2019

AVIGNON OFF 19. « Adriana » – mise en scène Gregory Barco – au théâtre du Roi René à 14h15 – jusqu’au 28 juillet.

Dans un pays sans nom où la violence et les conflits règnent, Adriana rencontre Tsargo. Ce dernier devient comme ce qui l’entoure brutal et rempli de haine, leur enfant Yonas sera lui conçu dans la violence. Adriana décide de garder et d’élever son garçon en ne lui révélant jamais rien ni de son histoire ni de son origine. Quand Yonas comprend, il se promet de venger sa mère et d’affronter son père devenu presque aveugle, vivant seul et sans toit sur la tête.

Tout commence dans un décor fait de lambeaux et de ruines des restes d’une guerre, l’ambiance ressentie est sombre, triste et accentuée par la musique jouée en live d’un synthétiseur ou d’une guitare électrique. Yonas a grandi, maintenant il est presque adulte et fait son apparition sur scène, pour venger sa mère et tué son géniteur. La pièce démarre et se prolonge dans une atmosphère de crainte et de malaise accentuée par un travail intéressant sur les lumières donnant une réelle impression d’être dans une vieille maison à l’abandon, d’où l’on peut entendre les portes grincer, le vent souffler, les gouttes d’eau tomber.

Le magnifique texte d’Amin Maalouff reste un beau plaidoyer sur l’identité et bien porté par cette ambiance inquiétante, mais quelle déception que la pièce évolue en dents de scie avec de beaux moments dans ce climat tendu et oppressant mais trop souvent, la redescente immédiate des spectateurs quand les comédiens donnent quasiment cette impression d’attendre la réplique de l’autre pour pouvoir y répondre !

Gregory Berco propose une mise en scène presque convaincante sur ce beau texte « Adriana Mater », reste maintenant à travailler davantage une bande son trop marquée et un jeu des comédiens manquant de justesse.

Béatrice Stopin

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie