Nature morte dans un fossé

Au Grenier à sel, jusqu’au 27 juillet, 20h.

On l’avait déjà vu en 2008, au Petit Louvre. Un texte excellent (Fausto Paradivino), une troupe (Cie Addition Théâtre), certes à peine sortie du Conservatoire, mais juste et enthousiaste… Surtout une mise en scène au cordeau (François Chevallier) pour un spectacle très contemporain sans être intello, enlevé, et bien foutu. Le récit d’un fait divers, une « jeune fille blanche et nue, découverte assassinée », un prétexte à un délire théâtral de très bonne tenue, avec un inspecteur drôlatique, et un petit côté Deschiens qui n’est pas pour nous déplaire. Avec ce je-ne-sais-quoi de titillant qui vous emmène là où vous ne voudriez pas forcément aller. Du caractère, donc, pour cette pièce excellente, servie par une distribution soudée. A aller voir sans barguiner, c’est rare qu’on vous le dise aussi franco au Bruit du Off !

Sophie Héliot

Publicités

Commentaires fermés