Festival : tendance beau temps, clair et ensoleillé

On arrive à peu près à la moitié du Festival et déjà, l’on peut en sentir la tendance. Ce sera, pensons-nous, un bon millésime que cette 64e édition, et ainsi de son Off. Evidemment, nous en retiendrons quelques grands moments, comme l’extraordinaire Casa de la Fuerza d’Angelica Liddell, unanimement remarqué par la critique comme par le public, qui marquera pour longtemps les esprits… Pour notre part, suivant le travail d’Angelica Liddell depuis quelques temps déjà, nous avions parié que son énergie, son très grand talent, son intelligence d’artiste hors-pair, allaient, avec cette oeuvre qui s’est avérée magnifique, bouleverser tout Avignon.

Dans le Off également, le bruit a relevé deux ou trois pépites. La Peau Dure, de Jean-François Matignon, est de celles-là. Mais le Off est loin d’être terminé et tous les jours, nous découvrons de nouvelles petites perles, des compagnies, des artistes, dont le travail mérite vraiment notre éclairage.

Il faut dire qu’avec plus de 1100 spectacles, officiellement enregistrés, il est parfois difficile pour le festivalier de repérer ce qui mérite de l’être. Le bouche-à-oreille est un des médias les plus courus du Festival, depuis toujours. Le Bruit du Off propose une alternative, avec ses choix, qu’il revendique, avec l’affirmation d’une certaine idée du Théâtre. En prenant des positions claires, à l’égard du Festival comme de son Off, qui forcément, peuvent ne pas plaire à tout le monde…

C’est notre manière de vivre ce Festival, et d’en partager les émotions. Depuis quelques jours, vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire, et nous vous en remercions. Nous tâcherons de ne pas vous décevoir, et continuerons d’essayer, modestement, à notre façon, de servir ce festival et ses spectateurs… Bonne continuation à tous.

E.Z., ce 18 juillet

Publicités

Commentaires fermés