Les deux mousquetaires et l’éléphant

Depuis les sombres lois Tiberi qui ont vidé l’esprit festif de sa substantifique moelle (vous savez, festif, comme dans festival !), les rues d’Avignon s’étaient vidées, elles aussi, laissant place à quelques brigades de gendarmes, policiers municipaux et autres CRS . Cette année, il semble que le « tout sécuritaire », bien que toujours présent, laisse un peu de mou aux spectacles de rue… Etonnant, non ? Si ! Et c’est un véritable souffle de fraicheur qui passe sur nos fronts accablés de chaleur quand nous croisons une de ces « troupes » (ils ne sont souvent que deux), qui sans affiche et sans flyer (pas assez écolo… ;o), sans théâtre (pas assez d’argent) mais avec beaucoup de travail, proposent quelque spectacle libre.
Ainsi, à l’ombre des arbres où je cherchais le frais, au hasard d’un square, me fut donné l’occasion de rencontrer deux mousquetaires intéressants et drôles au cours d’un combat certainement pas improvisé… Deux ? Oui, deux ! Car trois ou quatre, il faut les trouver pour « le seul spectacle gratuit d’Avignon »… En effet, sans théâtre, sans affiche et sans flyer donc, ces deux mousquetaires armés de l’amour du jeu offrent une demie-heure de spectacle sur le parvis du Palais des Papes, tous les jours à 19H.
Sûr que les créneaux à 12000 euros en ont refroidi plus d’un. Sûr que ces mêmes créneaux en ont ruiné plus d’un aussi, mais gageons que si la curiosité vous gagne au détour d’un éléphant, peut-être avant d’entrer dans la Cour d’Honneur, vous irez les encourager… par amour du spectacle…

Frank Glatigny

Publicités
Comments
One Response to “Les deux mousquetaires et l’éléphant”
  1. G dit :

    Un spectacle pour tous
    Tous pour le spectacle !