OFF 2011 : Premier amour, un Beckett bien trempé

VU : Premier amour / Samuel Beckett / Alain Macé / Théâtre des trois soleils / 16.40 h.

Mais quel comédien ! Alain Macé, que nous avions laissé lors du dernier festival pour « l’apprentissage « , nous avait déjà enchanté par la justesse et la délicatesse de son jeu.

Il revient cette année avec ce « Premier amour » de Samuel Beckett… Dans ce tout autre registre, Alain Macé éblouit, avec une évidente connivence. Au moindre mot, au moindre soupir, par petits touches impressionnistes, son public se laisse emporter et, par capillarité finit par se mettre vraiment dans la peau du sujet…

A vivre cette.vacuité, si proche de Beckett, à appréhender son errance et ses certitudes, Macé parvient à s’identifier parfaitement, et à partager cette évidence.

Théâtre de l’absurde, théâtre désespéré aussi, le texte de Beckett prend ici toute sa dimension tragi-comique… On rit beaucoup donc, et parfois jaune. Mais le cynisme de Beckett est d’une politesse sans méchanceté…

Impeccablement mis en scène par le comédien, ce Premier amour bénéficie d’un éclairage subtil qui ne gâche rien à la fête.

Une fête du théâtre, au coeur de l’univers de l’immense dramaturge, superbement servi par Alain Macé. Rare et précieux moment, qu’il convient de déguster sans ambage.

Pierre Salles

Publicités
Comments
One Response to “OFF 2011 : Premier amour, un Beckett bien trempé”
  1. doudou mariolo dit :

    Merci Pierre « que je ne connais point  » cela donne envie de voir ce travail même si Beckett était un grand misogyne et avait interdit à tout femme de jouer dans en attendant Godot (enfin il paraît ……) alors à quand une version salle d’attente Pole emploi avec des Femmes attendant « BOLOT » ???? je sais je suis basic primaire prolo !!!!! mais j’aimerais voir des pièces l’an prochain et faire mes critiques à la « basic instinct »
    doudou Mariolo « nomade de la tribu des saltimbanque (moitié Sinto moitié Gadjo ) avec un brin d’école !