AVIGNON OFF : LE JEÛNEUR, AU DOMAINE D’ESCARVAILLAC

domaine_Escarvaillac[1]

LEBRUITDUOFF.COM / 19 juillet 2013

« Le jeûneur » –  mise en scène : Jean Michel Bayard – Domaine d’Escarvaillac – 18h00 (jusqu’au 20 juillet)

Recherche d’absolu ou de reconnaissance, Kafka nous entraîne sur les traces du « Jeûneur » professionnel.

Comme un animal, il expose son jeûne aux yeux des spectateurs venus le voir par goût du sensationnel. Mais que se passe-t-il quand le public ne vient plus ? Quand le jeûneur, voulant toujours aller plus loin se retrouve seul ? Jean-Michel Bayard nous fait découvrir le texte de Kafka dans le magnifique cadre du Domaine d’Escarvaillac. Le conteur, ici joué par Michel Grisoni, vient chercher les spectateurs et introduit le texte en nous faisant entrer dans la salle. Au centre apparaît, immobile, le jeûneur incarné par un danseur de bûto Nanami Kohshou.

Le spectacle est une suite de scènes alternant avec des séquences de danse, un long chemin vers la destinée tragique du jeûneur, celui qui veut toujours aller plus loin malgré le dédain final du public, celui qui, tout comme l’artiste, ne peut faire autrement que de s’exposer et rechercher l’absolu.

Par alternance, Jean-Michel Bayard, dans la forme voulue par Kafka, joue plusieurs personnages. Ils vont être la réalité d’un monde qui bouge et qui change autour d’un intemporel jeûneur. Les témoignages hauts en couleurs d’un proche, d’un impresario, d’un patron de cirque ou d’un garde du jeûneur viennent alléger le propos et contrebalancer les souffrances physiques et intérieures de celui-ci et les moments poétiques du spectacle. Très belle idée que de représenter le jeûneur par un danseur de bûto, « danse du corps obscur », danse lente qui peut évoquer une imagerie grotesque, des sujets tabous, extrêmes ou absurde.

Un beau moment de théâtre dans ce domaine viticole du XIIIe siècle, loin du tumulte avignonnais et propice à de beaux échanges avec un public attentif autour d’un sympathique buffet. Espérons que ce bel  écrin se développe pour les prochains festivals.

Pierre Salles

Publicités

Les commentaires sont fermés.