AVIGNON OFF 2013 : JACQUES FRANTZ VS PRESENCE PASTEUR, SUITE

CheFestivalMPA030[1]

LEBRUITDUOFF / 1er août 2013

AVIGNON OFF 2013 : JACQUES FRANTZ VS PRESENCE PASTEUR, SUITE.

Nous publions ici -après réflexion- les « précisions » que M. Lambert tenait à apporter au sujet du litige qui l’oppose à Jacques Frantz (cf la lettre ouverte de J. Frantz, publiée ici même).

Nous le faisons par pur souci d’information de nos lecteurs, et non pour répondre à une quelconque injonction déplacée de ce même monsieur Lambert concernant un supposé « droit de réponse » auquel il aurait prétendument droit, cette convention ne s’appliquant nullement ici, la lettre de Jacques Frantz n’étant pas diffamatoire, et notre intervention n’ayant consisté qu’à la publier dans son intégralité.

Evidemment, il est hors de question de retirer quoique ce soit de la lettre ouverte de Jacques Frantz, qui relève tout simplement de son droit d’expression.

En revanche, en publiant la prose de M. Lambert, qui est un sommet d’argutie alambiquée, très éloignée de « l’humanisme » et autres balivernes dont il se réclame sans doute, où s’exprime la véritable nature du directeur de « Présence Pasteur », nous laissons au lecteur le soin d’apprécier l’état d’esprit régnant au sein de ce « théâtre » qui, rappelons-le, n’est qu’un lieu sous-loué à une institution scolaire en juillet pour y relouer à prix d’or des créneaux aux compagnies.

Quant au « fond », nous n’avons ni le temps ni l’envie de répondre point par point aux allégations fumeuses de M. Lambert. M. Frantz jugera lui-même de la suite à donner au point de vue de M. Lambert.

Voilà. Sans plus de commentaires de notre part.

M.R. et la rédaction.

« Jacques Frantz « sacrifié » sur l’autel du Off … sauf que … Monsieur Frantz se place au milieu d’un conflit avec lequel il n’a, ni juridiquement, ni financièrement rien à voir. Il se vautre dans un tissus de propos mensongers, fumeux et diffamatoires et dans son rôle de la célèbre mouche du coche de la fable de La Fontaine, il ne s’honore pas, il se dégrade.

Présence Pasteur n’a pas signé un contrat avec Monsieur Frantz mais avec une compagnie dénommée l’Eternel Eté dont la représentante s’appelle Madame Claire DRAP. Monsieur Frantz était engagé par cette compagnie sans qu’il n’apparaisse sur notre contrat autrement qu’en tant que comédien … Dans ces conditions, comment aurait –il put être grugé ???

Pour des raisons qui incombent à Monsieur Frantz, le spectacle de cette compagnie « Onysos le Furieux » n’a pas pu être joué et Présence Pasteur n’est aucunement responsable de ce désistement comme le stipule notre contrat. A notre grand regret, nous n’avons pas pu accueillir ce spectacle qui dans son projet, nous avait séduit et pouvait s’intégrer à notre programmation que nous voulons exigeante.
De ce désistement, nous avons été prévenus fin mars, c’est à dire à une date très tardive mettant en péril l’équilibre de notre programmation et surtout de notre budget. Néanmoins, nous avons réussi à réduire au minimum le préjudice subit par l’Eternel Eté, en nous obligeant à programmer un autre spectacle au pied levé. A ce moment là, l’Eternel Eté qui ne nous a pas proposé un spectacle de remplacement, semblait d’accord avec notre solution. La somme versée par la compagnie de remplacement, a été entièrement reversée depuis juin à la compagnie l’Eternel Eté, reste une différence qui porte sur 2500 euros HT et c’est sur cette base que Monsieur Frantz déverse toute sa furiosité.

J’ajoute que notre contrat prévoit que les compagnies doivent s’assurer contre les risques liés à l’exploitation de leur spectacle. L’Eternel Eté nous dit être assuré et là sans doute résidait une possibilité de réparation. Seulement depuis 4 mois, les responsables de l’Eternel Eté n’ont pas cru bon de prendre contact avec leur assureur : la MAIF … Jugez de l’efficacité …

N’ayant pu recouvrer la totalité de la somme versée, l’Eternel Eté a estimé avoir un droit d’exploitation de leur créneau horaire des 5 derniers jours de juillet à Présence Pasteur, mais ils n’avaient bien sûr rien à proposer. Je souhaitais permettre à Monsieur Jean Darie, un homme de 87 ans, pionnier de la décentralisation et figure hautement symbolique de l’expression théâtrale française, de jouer gratuitement dans les horaires prévus à l’endroit de l’Eternel Eté, fin juillet. Monsieur Besnault, metteur en scène de « Onysos le furieux », a préféré que cette salle reste vide et ne soit pas confiée à Monsieur Jean Darie … Jugez de la générosité !
Nos relations ayant atteint un tel point de tension, je ne souhaite plus parlementer avec la compagnie de l’Eternel Eté. Nous sommes en pourparlers avec nos conseils et si cette compagnie le désire, qu’elle saisisse la justice qui tranchera. Pour notre part nous sommes prêts !

L a France est un pays de droits et c’est le droit que je souhaite voir triompher et non les insultes fangeuses et calomnieuses qui rappellent d’autres temps peu reluisants de notre Histoire.

C’est pourquoi, nous demandons à la Rédaction « Le Bruit du Off » de vouloir bien retirer la lettre ouverte de Jacques Frantz nous concernant à réception de la présente. Nous demandons par ailleurs aussi la publication in extenso de la présente réponse en application du droit de la presse tout en regrettant que nos deux points de vue n’aient pas été publiés dans le même temps. »

Pierre Lambert, Directeur Présence Pasteur

Visuel : Jacques Frantz avec Olivier Sitruck dans « Le Che », mis en scène par Gérard Gelas / copyright Chêne Noir.

Publicités
Comments
One Response to “AVIGNON OFF 2013 : JACQUES FRANTZ VS PRESENCE PASTEUR, SUITE”
  1. Marin dit :

    Si Mr Lambert se considère dans son bon droit, pourquoi demander le retrait de la lettre de Mr Frantz ?
    Et quant à son argumentaire, je cite : « De ce désistement, nous avons été prévenus fin mars, c’est à dire à une date très tardive mettant en péril l’équilibre de notre programmation et surtout de notre budget. » : on croit rêver ! Le lieu Pasteur a loué 27 créneaux pour cette édition 2013 et sieur Lambert tente de nous faire croire qu’un seul désistement peut mettre la structure en péril financièrement….Monsieur Lambert, un conseil : laissez tomber la direction d’un lieu (ou alors apprenez à compter !) mais surtout reprenez le chemin des planches et montez donc un « one man » comique, vous en avez le talent !!