AVIGNON OFF : « PATINOIRE », ça glisse…

LEBRUITDUOFF.COM / 7 juillet 2014

Patinoire7-®R.Lorente

« Patinoire » – Les 7 doigts de la main – Au théâtre du Chêne noir à 10h30.

Cofondateur des « 7 doigts de la main », Patrick Léonard, ancien champion de patinage artistique à roulettes, nous propose sous une évidente variation sur les acrobaties de cirque un regard sur le besoin de reconnaissance des artistes et de l’Homme en général.

Oh combien dangereuse, cette discipline requiert entraînement, préparation et sérieux. Quiconque fréquente les chapiteaux de cirque sait comment les artistes préparent et se concentrent avant chaque numéro. Tout doit être carré. La force de ce spectacle est justement qu’ici, rien n’est carré ! Tout semble branlant, même le comédien… C’est l’histoire de tout homme cherchant juste la reconnaissance de ses pairs, coûte que coûte, prêt à tout pour arriver au sommet de son Art.

Tous ces tours sont faits de bric et de broc, les spectateurs ne savent jamais si le tour va arriver à sa fin tant la chaise sur laquelle il est exécuté nous parait fragile et instable. S’il est une idée qui vient à l’esprit en voyant ce spectacle c’est bien « l’insoutenable instabilité de l’être ». Tout ici est instable ! les décors, les accessoires, et même le comédien. Et pourtant tout fonctionne, les spectateurs sont tenus en haleine, ne sachant plus à la fin ce que peut encore nous faire subir ce sacré québécois, comme une sorte de lunaire poétique distrait.

Les différentes scènes sont entrecoupées d’attitudes récurrentes et pleines d’humour avec telle bouteille ou telle chaise. La prise à partie d’un spectateur, avec pertinence et gentillesse, fait beaucoup rire le public.

Ne venez pas chercher ici du cirque traditionnel, il n’en est rien. Patrick Léonard est un clown, oui, mais un clown sans fard, juste lui, ses mimiques et son indéniable talent. Un excellent moment de théâtre et de cirque pour ceux qui aiment ce genre, comme une sorte de prouesse technique qui aurait su conserver sa poésie et sa fragilité. Notre seule question est de savoir comment ce comédien va pouvoir jouer un mois au festival avec ce niveau d’énergie ? Mais nul doute pour nous qu’il en a et l’envie et les ressources.

Pierre Salles

Publicités

Commentaires fermés