AVIGNON OFF : « Molly »

LE BRUIT DU OFF / 8 JUILLET 2014

molly

« Molly » – Cie Protéiformes– Les hauts plateaux à 19h45, jusqu’au 27 juillet (relâche 14 et 21).

L’adaptation d’Ulysse de James Joyce, réalisée par Chloé Chevalier (Molly) et Pascal Papini, trouve là une percutante vérité. La comédienne nous fait entendre, avec une grande sensibilité et une maturité surprenante au regard sa jeunesse, ce long monologue qui dit d’une femme désirante et exceptionnellement vivante ce que les conventions langagières et machistes voudraient faire taire sous le sceau de la bienséance, bienpensante.

Si seul le mensonge est obscène, l’on peut dire que dans les plis et replis des mots qui surgissent, une vérité virginale se déploie à l’envi et nous saisit là où nous sommes, sujets de notre propre désir, tant la pureté du personnage échappe à tout compromis. Jusqu’à l’orgasme final, point d’orgue de ce très troublant et exaltant soliloque, nous sommes pris par les fragments épars de cette parole d’une amoureuse qui, en se disant, acte ce qui la constitue : son passé à Gibraltar, son premier amant, ses doutes présents sur Léopold Bloom, ses fantasmes, son appétit de jouissance que rien ne semble pouvoir endiguer tant la liberté qui est en elle est infinie.
Quant à la scénographie et à la mise en scène, elles sont aussi d’une pureté éclatante : les miroirs, au tain marqué par les traces du temps qui n’arrête pas de passer et repasser les mêmes déclinaisons de l’être en vie, délivrent des reflets brouillés du personnage pris dans le maelstrom du flot désirant. Jusqu’au damier du sol qui offre une perspective fuyante vers ce lit conjugal, lieu de tous les fantasmes vécus et projetés. Belle mise en scène qui, sans jamais prendre le pas sur la langue incarnée de Joyce, la porte à un niveau de lisibilité qui nous ravit.
A voir … avec délices !

Yves Kafka

Publicités

Commentaires fermés