AVIGNON OFF : « Tant qu’il y a les mains des hommes », tant qu’il y a des créations…

LE BRUIT DU OFF 8 juillet 2014

Tant qu'il y a

« Tant qu’il y a les mains des hommes » – Cie Le théâtre de l’horizon – Théâtre La Luna à 13h20, jusqu’au 27 juillet

On ne le rappellera jamais assez, Avignon est un festival de création (In et Off peu importe) ! Alors, forcément, quand on nous propose une création, nous on fonce. Direction La Luna donc pour « Tant qu’il y a les mains des hommes » dont Violaine Arsac assure l’adaptation, la mise en scène et l’interprétation (ouf…).

Objectif 1 de cette dernière : donner à voir et à déguster de grands textes (Neruda, Gary, Maalouf, Huston…) pour les rendre un peu plus accessibles. Noble désir bien sûr et qui n’est pas sans danger tant ce genre de tentative a mené des paquets entiers de spectacles dans le mur (de fond de scène…).
Objectif 2 : travailler avec un chorégraphe (Olivier Bernard par ailleurs interprète sur le spectacle) pour pimenter le tout de corps et de chairs.
Objectif 3 : faire de cette création, un travail de groupe sans rôle principal, à la recherche de ce satané équilibre si difficile à trouver, à construire et à tenir…

Force est de reconnaître que la mission est réussie, un bon manager en conclurait : « objectifs atteints ! ».
L’identité est au centre, pardon au cœur, de cette création. Un peintre homosexuel, une prostituée, un nomade, une femme et un exilé se croisent, se recroisent, s’entre croisent dans une scénographie inventive et efficace.

Quant à ce satané équilibre, les 5 comédiens « tiennent » parfaitement le fil sans jamais verser dans un pathos toujours menaçant quant à ce genre de travail artistique. Le travail tient, voilà un autre maître-mot du spectacle : à l’évidence, « Tant qu’il y a les mains des hommes » est une somme de boulot tout à fait remarquable et ça paye (notre bon manager est aux anges !).

On ressort de la salle obscure tout secoué et surtout un peu plus fort : oui les belles émotions rendent plus fort ! C’est peut-être l’objectif 4, l’objectif surprise celui auquel on ne s’attendait pas sauf, probablement, Violaine Arsac et son équipe mais ils ne nous en avaient pas parlé avant, les bougres…

On ne saurait trop vous conseiller ce spectacle et si vous le manquait à Avignon, vous aurez certainement l’occasion de le déguster en région, « Tant qu’il y a les mains des hommes » va tourner à coup sûr !

Vincent Marin

Advertisements
Comments
One Response to “AVIGNON OFF : « Tant qu’il y a les mains des hommes », tant qu’il y a des créations…”
  1. Moniotte dit :

    C’est en cherchant qui allait incarner des textes de Christian Bobin que mon choix s’est fait sur ce spectacle. Je ne suis pas une marchande de spectacles aussi j’ai du mal à trouver les mots justes pour en faire une critique mais je m’en fous, je suis une spectatrice et j’ai aimé et puis c’est tout. J’ai été emportée par ces textes ainsi mis en scène, ainsi incarnés par chacun des comédiens. J’ai pleuré, j’ai souri, j’ai frémi et j’en ai trouvé la vie un peu plus belle en sortant.