« DARLING » A L’ESPACE SAINT MARTIAL

LE BRUIT DU OFF / 13 juillet

darling 2 copier
AVIGNON OFF : « Darling » / mis en scène par Laurent Le Bras / à l’Espace Saint-Martial 17h35 / durée 1h30 / jusqu’ au 27 juillet (relâche les 16 et 21 juillet)

Tout commence mal pour Catherine, dernière d’une fratrie de trois enfants, elle sent bien qu’elle n’est pas aimée de ses parents. Son seul objectif est d’échapper à des parents tortionnaires, elle devient donc apprentie boulangère. Son second objectif, épouser un routier, car ce sont les camions qui passaient devant chez elle sur la route nationale qui lui ont permis de survivre dans cette famille de paysan de basse Normandie. Catherine devient alors « Darling » et son idéal est tout proche : se marier avec un beau routier. Un soir, elle entend l’appel de Roméo, elle monte dans son camion et en route pour l’horreur.

Une ambiance sombre règne tout au long de la pièce, dans un coin Simon Chomel au son de sa guitare intervient afin d’accentuer les moments forts de l’histoire et jouer le rôle du mauvais garçon empreint de cynisme et de brutalité.La scène est parée d’une simple table en formica, une toile de projection, un micro au centre et les enceintes qui l’accompagnent. Récits, chansons et vidéo projection seront réunies dans ce spectacle plurivalent, alliance qui permet d’offrir un bouquet d’émotions sonores et visuelles aux spectateurs.

Claudine Van Beneden, incarne le rôle de « Darling » dont l’histoire émouvante témoigne de la cruauté de l’être humain à l’état pur, son interprétation nous bouleverse et nous scotche au fond du fauteuil. « Darling » est en elle pendant les une heure trente de représentation, elle emmène le spectateur dans sa trajectoire d’humour loufoque et d’humiliations successives. Ce duo de comédien-guitariste et comédienne-chanteuse de formation, ne vous laissera pas indifférent, on en ressort abasourdi autant par le récit si dur à entendre, que par l’interprétation remarquable de Claudine Van Beneden qui s’approprie totalement le personnage de « Darling ».

Béatrice Stopin

Publicités

Commentaires fermés