ON OUVRE !

henry_6_6_copy_nicolas_joubard_0

Plus de 1300 spectacles, 127 salles, le OFF 2015 s’apprête une fois de plus à tutoyer les records. Espérons qu’au contraire de l’an passé, il explosera également les chiffres de fréquentation…

L’édition 2015 commence avec une petite coquetterie -reprise par toute la presse sans ciller- sur son âge véritable, émise par l’incomparable président d’AF&C Greg Germain… En effet, ce OFF 2015 qui est annoncé comme fêtant sa cinquantième année, n’a en réalité pas 50 ans du tout, à moins de considérer qu’il naquit en 1965. Ce n’est d’ailleurs même pas sa 50e édition, contrairement à ce que claironne notre cher président, à moins aussi de considérer que la seule et unique pièce jouée par Benedetto en 1966 constituait à elle-seule la naissance du OFF…

Cette jolie petite arnaque sémantique permet à notre cher président de terminer son mandat en beauté, puisqu’il a lui même annoncé son retrait de la scène avignonnaise en tant que « patron » du OFF à la fin de cette édition 2015. On veut bien lui prêter cette intention, à moins que derrière ne se prépare un retour de M. Germain sous une autre forme, plus discrète et moins médiatisée, mais tout aussi profitable, en terme d’égotisation s’entend bien sûr…
Qui le sait vraiment ?

N’étant pas dans l’intimité de dieu ni même de ses saints, nous attendrons la fin du festival pour tâcher d’y voir un peu plus clair. Ce qui est certain en revanche, c’est que quelle que soit l’équipe qui reprendra les rênes de cette foire incroyable, gageons qu’elle aura fort à faire pour tenter d’éviter le coulage généralisé d’un bateau qui tangue déjà beaucoup trop, à la limite de l’engloutissement, et ce depuis déjà bien des années…

Quoiqu’il en soit, reconnaissons que le président d’AF&C savait au moins manoeuvrer en terrain miné, et diriger de main de fer les destinées de ce bateau îvre. Peut-être alors le regretterons-nous… Qui sait encore ?

Bienvenue donc à nos lecteurs nombreux et fidèles dans cette nouvelle édition du « plus grand marché du monde », à défaut d’être le plus grand -et le plus beau- festival de théâtre au monde.

Vive le OFF 2015 !

La rédaction.

Publicités

Les commentaires sont fermés.