ALAIN TIMAR, « PEDAGOGIE DE L’ECHEC » : PERCUTANT ET RENVERSANT !

timar 1

LEBRUITDUOFF.COM – 06 juillet 2015

« Pédagogie de l’échec » mes Alain Timar / Texte de Pierre Notte / au Théâtre des Halles. Du 4 au 26 juillet (relâche le 14) – 17h00 – durée 1H30

Elle est d’origine naturelle, humaine… Nous, nous ne le saurons pas et peu importe ! La catastrophe vient de se produire, tout est détruit, tout… tout sauf le bureau d’une entreprise, bureau occupé par deux salariés et dont la relation hiérarchique va tresser le fil conducteur du drame. La chute est-elle inévitable ?

Probablement d’autant qu’en bas, au sol, on construit des échafaudages, ces mêmes échafaudages qui ont par ailleurs ruiné l’entreprise ; le superbe texte de Pierre Notte touche à l’absurde. Absurde aussi, ces deux humains, piégés dans un bureau ravagé mais ne sont-ils pas otages depuis longtemps, depuis bien avant la catastrophe. Alors, il faut continuer, poursuivre, travailler ou plutôt produire du travail : là est leur seule fonction, leur seul but, leur seule issue. Alain Timar fait le pari d’une scénographie complexe, mouvante, instable forçant alors les deux comédiens, Olivia Côte et Salim Kechiouche, à produire un jeu physique, très physique. La lutte désespérée pour ne pas chuter, pour rester accrocher encore et toujours est ainsi subtilement mise en scène et au plus grand service du texte.

Ecrit en janvier 2014 et mis en scène pour la première fois, « Pédagogie de l’échec », pourrait tout à fait être du « Notte » pur jus ! Ciselé, percutant et renversant, le texte est comme une loupe posée sur notre monde, notre société, notre soumission au travail, ; le grossissement de la loupe offre un regard assassin sur l’absurdité de la situation, notre absurdité. Aucun doute, l’interprétation est puissante et encore une fois nécessite un engagement physique entier : les deux comédiens vont très clairement au combat et il faudra lutter contre l’autre, contre soi, contre l’environnement immédiat, aussi, qui aurait la fâcheuse tendance à se dérober ou plus précisément à devenir très… glissant.

Présenté en cours de saison et ayant reçu un excellent accueil, « Pédagogie de l’échec » est, tout comme le texte pour l’auteur, du pur Timar. De la scénographie à la direction d’acteur, la patte du directeur du théâtre des Halles est bien là, évidente, toute particulière mais, décidément, au service du texte duquel Timar tire tout le cynisme. Si chute il y a, elle est reste teintée d’une profonde drôlerie. C’est renversant !

Henry Waterman

Photo DR

Advertisements

Les commentaires sont fermés.