« REPARER LES VIVANTS », A LA CONDITION DES SOIES : DE LA MORT A LA VIE

r--parer-les-vivants-714x467

LEBRUITDUOFF.COM – 14 juillet 2015

« Réparer les vivants » – Condition des Soies – 12h00 – durée 1h30.

« De la mort à la vie »

Le 24 janvier 2014, Emmanuel Noblet rencontre Maylis de Kerangal lors d’une lecture de « Réparer les vivants ». Immédiatement enthousiasmé par le récit et le rythme de l’œuvre, le jeune acteur se propose alors de l’adapter pour le théâtre.

« Réparer les vivants » est l’histoire d’un don de vie, celle de Simon, jeune surfeur qui termine une journée de surf encastré entre son van et un platane à Claire, jeune femme au cœur atrophié qui attend désespérément un nouveau cœur qui lui permettra de survivre. Le diagnostic est sans équivoque, Simon est mort. Lésion cervicale majeure entraînant très rapidement la destruction irréversible des tissus du cerveau. La course contre la montre commence…

Emmanuel Noblet joue tous les rôles sur scène, il change de rythme, enchaîne et gère les silences, virevolte entre des parties du plateau très justement délimitées par l’éclairage d’Arno Veyrat. Il parvient à faire vivre les personnages de Maylis de Kerangal avec délicatesse. Le sujet est lourd et le comédien parvient par petites touches humoristiques à faire retomber la pression. Nul pathos mais juste cet immense don qui fait passer du tragique de la mort d’un enfant à l’espoir de vie qu’il fait renaître ailleurs.

Comédien inspiré, lumière léchée, scénographie parfaite, bande son ad hoc et public attentif dans cette magnifique salle ronde de la Condition des Soies, tous les ingrédients sont réunis pour offrir aux spectateurs un magnifique moment. Mais pourquoi alors ne pas être tombé complètement sous le charme de cette pièce ? Peut-être seulement par un petit manque, ce besoin indéfinissable de rugosité ou cette indispensable once de poésie qui fait passer d’un état chirurgical un peu froid et lisse à l’état de poème et d’ode à la vie.

Pierre Salles

Advertisements

Les commentaires sont fermés.