« FUCK AMERICA », L’AMERIQUE DES BAS-FONDS DE HAIM MENAHEM A LA MANUFACTURE

Fuck-America-3-©-Laurent-Schneegans

LEBRUITDUOFF.COM – 15 juillet 2015

« Fuck America »- mes Haim Menahem – La Manufacture – 13h25 – durée 1h35.

« Fuck America » est tiré de l’œuvre éponyme d’Edgar Hilsenrath, immigré juif, qui propose une satire féroce et crue de la vie de Jakob Bronsky, écrivain tout juste rescapé de la Shoah, allant de petits boulots en petites arnaques, gagnant quelques dollars lui permettant de survivre le jour et d’écrire la nuit.

Ici pas d’American Dream mais plutôt des petites gens, des putes, des patrons et… Jakob avec sa verve et sa formidable volonté de survivre. Comment d’ailleurs ne pas tout faire pour survivre après avoir survécu à l’immonde shoah ?

Sur le plateau Haim Manahem et le saxophoniste David Rueff proposent une Amérique des bas-fonds diablement bien décrite. Nous sommes avec eux entre l’underground et les BD de gangsters. Les pages du manuscrit sont éparpillées sur scène et le comédien les prend une à une comme il prendrait au hasard les pages du livre de son histoire. Il est Jakob qui raconte sa vie, jouant tous les personnages, aidé par son acolyte au saxo qui apporte cette touche jazzy des quartiers new-yorkais. La moiteur étouffante, les auréoles sous les bras et les cheveux poisseux transpirent dans ces mots et maux d’une Amérique terriblement féroce, montrant ses crocs et ne laissant que peu de place à ce petit juif qui ne rêve que de littérature, de sexe et doté d’un formidable instinct de survie. Le texte est acide et souvent très drôle, il frappe parfois comme un uppercut que le saxophoniste esquive et encaisse. Aidé d’un gong imaginaire, le comédien, tel un boxeur, va dans son coin et laisse les spectateurs prendre leur respiration dans ce flux incessant de mots jetés à la face du monde.

Voila maintenant plusieurs années que la Manufacture propose ce type de spectacles et il semble que ce ne soit pas pour déplaire au public avignonnais qui répond toujours présent à ces pièces de qualité.

Pierre Salles

Photo © Laurent Schneegans

Publicités
Comments
2 Responses to “« FUCK AMERICA », L’AMERIQUE DES BAS-FONDS DE HAIM MENAHEM A LA MANUFACTURE”
  1. Celine Balloy dit :

    Bonjour, j’ai vu ce spectacle. J’ai détesté. Je n’ai pas compris cette mise en scène. Une non mise en scène. Comme si le fait de faire venir un saxophoniste (qui dormait entre ses prestations) allait suffire à faire corps à ce spectacle. Un genre de slam, parfois ? Pas convaincue. Mais bon, c’est la mode. Comme ces feuilles posées sur le sol. Le manuscrit tiré au sort. Et puis ? Et le jeu ne m’a pas plu. Toujours la même intention de jeu. Bref, je me suis ennuyée…

    • Ercé dit :

      Bonjour! Tout l’inverse pour moi, comme quoi…j’ai adoré le jeu, la mise en scène, et surtout la capacité d’Haim Manahem que je ne connaissais pas, pas plus que le texte d’ailleurs, de faire exister si fort toutes ces situations devant nos yeux, avec presque rien sur scène.