LUIS DE LA CARRASCA, « A SU TIEMPO » : DU TEMPERAMENT ET DE LA GRÂCE POUR CE FLAMENCO AUX ORIGINES

Luis-de-la-Carrasca-Cie-Flamenco-Vivo-©François-Martinez-web

Luis de La Carrasca – Cie Flamenco Vivo : « A su tiempo » – Théâtre de L’Oulle – du 4 au 26 juillet 2015 à 20h50.

Formule nouvelle pour ce nouveau spectacle de Luis de La Carrasca dans ce Off d’Avignon 2015, puisque donné en quartette et non en quintette comme habituellement. Un Cantaor, une guitarra, deux danseurs, des mains et des pieds et voilà le flamenco dans son état pur qui enflamme le public…

D’emblée, les deux bailaores ouvrent le spectacle, a cappella serions nous tenté de dire, puisque que juste accompagnés de leur zapateado maîtrisé, les deux, garçon comme fille en pantalon et chemise noire. Le ton est donné, voilà qui annonce du lourd !

Et effectivement lorsque le maestro a cappella vraiment, lui, entre dans la danse, on comprend tout de suite qu’on va se frotter là à du grand et pur flamenco. Un Luis inspiré qui reprend aux sources son répertoire bien tempéré, un Cante issu de la profondeur de son Andalousie natale, riche de cette belle culture flamenca aux accents solaires. Zambra, Seguiriya, Bulerias, Tango, Alborea… vont alors se succéder avec brio, emmenés par l’excellente guitare du maestro José-Luis Dominguez et portés par les palmas et le zapateado de ces formidables bailaores que sont le fougueux Kuky Santiago et la superbe Ana Pérez.

Une Ana Pérez de plus en plus époutouflante de justesse et de grâce, dont la carrière qui commence à peine va on n’en doute pas la conduire au sommet de son art et des carteles. Quant à Kuky, on aime sa fougue et sa virtuosité de pieds, son humour aussi, car il n’en est pas dénué.

La voix chaude et rocailleuse du cantaor a trouvé là un écrin parfait pour s’exprimer. Luis de La Carrasca est comme un poisson dans ce beau flamenco des origines, porté par ce quartette impeccable, où la guitare de José-Luis pulse le vaisseau, une machine puissante qui tourne au cordeau.

Rythmiquement parlant d’ailleurs, le spectacle est parfaitement soutenu, les palmas et les pieds lui insufflant une énergie incroyablement cadrée. On aurait pu penser que l’absence du cajon viendrait affaiblir l’ensemble, il n’en est rien, bien au contraire. Du propre aveu du cantaor, d’ailleurs, tous s’accordent à dire que cette formule à quatre permet plus de concentration, moins de dispersion rythmique car ne s’appuyant plus sur le cajon. Pari réussi donc.

Un très beau et bon spectacle que ce retour aux sources du flamenco, conduit par quatre artistes au tempérament remarquable. Olé, Luis !

Marc Roudier

Photo François Martinez / Cie Flamenco Vivo

Advertisements
Comments
One Response to “LUIS DE LA CARRASCA, « A SU TIEMPO » : DU TEMPERAMENT ET DE LA GRÂCE POUR CE FLAMENCO AUX ORIGINES”
  1. Geneviève dit :

    j’ai été enthousiasmée par ce spectacle, du grand art !