« ET LES POISSONS PARTIRENT COMBATTRE LES HOMMES » : FACE A NOS STRATÉGIES D’AVEUGLEMENT

et les poissons

LEBRUITDUOFF.COM – 22 juillet 2015

ET LES POISSONS PARTIRENT COMBATTRE LES HOMMES – texte Angélica Liddell – mes A.F. Bourget – Théâtre Alizé – Du 4 au 26 juillet 2015 – 18h25 – Durée : 50 mn

Une plage d’Espagne. Parce qu’il n’y a d’autres Lampedusa. Parce qu’avant les plages d’Italie il y avait ce détroit de Gibraltar, porte de l’espoir, porte de la mort pour les marocains en quête d’un ailleurs meilleur.

Ils sont deux sur scènes. Ils interpellent Monsieur Pute. Parce qu’il y a cette femme noire qui rampe sur le sable, délivrant son bébé. Ils voient bien la scène depuis leur transat. Mais ils ne font rien de mal, n’est-ce pas Monsieur Pute ? Mais quand même, ils viennent vomir leur pauvreté sur nos plages.

Angelica Liddell est aujourd’hui connue pour ses spectacles-performances. Ce texte mis en scène par Anne Frédérique Bourget vise plus à mettre en avant le discours politique tout en faisant vibrer toute la poésie du texte de l’auteure. Il questionne et accuse sans culpabiliser. Il amène chacun à regarder ce qu’il y a derrière son nombril et comment ses propres viscères de touriste blanc de passage réagissent à la connaissance ou a la vue de ces être noires qui viennent s’échouer sur nos plages de vacancier, quand ils ne font pas tout ce qu’ils peuvent pour se noyer avant et ainsi prendre un rôle étonnant dans la chaîne alimentaire.

Dans un décor minimaliste, les bâches de plastique se font vagues qui déferlent délivrant leur lot de corps, couverture de survie, manteau dans lequel on se camoufle. Illustration des stratégies que chacun met en place intérieurement pour se voiler la face, pour éviter la réalité qui dérange.

Torses nu, avec leurs pantalons de zouaves qui donnent encore plus d’ampleur à leurs mouvements, tels deux combattants ou deux partenaires, les deux comédiens (Arnaud Agnel et Adrien Mauduit) disent avec force, énergie et conviction toute la poésie d’un texte fort. Les voix se répondent, de complètent, se font une. L’ensemble baigne dans une ambiance musicale envoûtante grâce aux percussions d’Alexis Sebileau.

En bref : une très belle mise en valeur d’un texte fort. Deux comédiens combattants pour un théâtre engagé. Un message de révolte et d’espoir. A voir et à entendre parce qu’il dérange, parce que le théâtre est aussi axe de réflexion.

Christine Eouzan

Advertisements

Les commentaires sont fermés.