« LAPIDEE », QUAND LA RELIGION OPPRIME LES FEMMES…

lapidee

LEBRUITDUOFF.COM – 25 juillet 2015

« Lapidée » – mes Jean Chollet-Naguet – Théâtre Au coin de la lune – 12h50 – durée 1h10.

D’origine hollandaise la belle Aneke se marie avec Abudl originaire du Yémen. Tous deux médecins, ils ont deux filles et s’installent définitivement au Yémen. Aneke décide alors de ne plus avoir d’enfants afin de se consacrer pleinement à son métier, bien qu’anodine dans nombre de pays cette décision est incompréhensible pour son mari aux mœurs yéménites, qui décide alors d’épouser une seconde femme plus docile…

Lorsqu’Aneke apprend la nouvelle, elle se révolte contre son mari en public, ce dernier se sentant humilié l’enferme dans une cave et lui tend un piège pour s’en débarrasser… Aneke se retrouve alors jetée dans cette cave lugubre et sombre jonchée de quelques caisses ici et là, un vieux matelas dans un coin, sa belle-sœur Nouria lui rendant visite tous les jours, Aneke argumente sur les faits qui se sont produits et considère qu’elle n’a rien fait de mal… Sans comprendre ce qui lui arrive, elle reste persuadée que la justice sera en sa faveur. Sa belle-sœur va lui expliquer les règles au Yémen et pourquoi l’issue ne peut être que fatale..

Jean Chollet-Naguet a écrit ce texte à partir de faits divers récoltés dans une quinzaine de pays arabes où ces pratiques perdurent encore. L’histoire est bouleversante et le mépris ou la violence de l’homme envers la femme semblent insensés à nos yeux. La pièce aborde de façon directe le sujet de la position de la femme dans certains pays musulmans, où religion et tradition rabaissent systématiquement le poids de la parole de la femme, sans aucune possibilité de justice équitable, et où une femme peut être condamnée à être lapidée.

Nathalie Pfeiffer interprète une remarquable « Nouria », offrant au public un flot continu d’émotions et de sensibilité, malheureusement atténué par une « Aneke » manquant de crédibilité dans ses coups de colères et de peur. Tout comme « Abdul » qui malgré ses brèves apparitions, n’arrive pas à convaincre dans ce rôle de « méchant ». Un texte à découvrir pour son actualité terrifiante malgré cette distribution disparate.

B.Stopin

Publicités

Les commentaires sont fermés.