« NUIT ROUGE » : DES COUILLES, VOILA CE QU’IL NOUS FAUT !

doigt

LE BRUIT DU OFF – 15 juillet 2016.

LE BILLET DU JOUR : LA SACD SE DEGONFLERAIT ?

Nous apprenons ce matin qu’il serait question que la SACD annule « La Nuit Rouge », organisée ce soir 15 juillet conjointement avec l’ADAMI, au prétexte de l’attentat de Nice…

Bien sûr, personne ne restera insensible devant cet ignoble carnage où plus d’une centaine de personnes a perdu la vie, dont un grand nombre d’enfants – des enfants ! écrabouillés sous les roues d’un 19 tonnes ! – un missile de mort emmené par un demeuré, un pauvre mec frustré et abruti du feuilleton Daesch, transformé le temps d’une soirée en un monstre sanguinaire, dont il ne faudra surtout jamais citer le nom. Pauvre merde.

Pauvre merde d’illettré grandi dans les banlieues surchauffées dont le seul viatique -et la seule manière de vivre son quart d’heure warholien- est d’aller massacrer des minots sous les roues d’un camion au nom d’Allah (le miséricordieux, soi-disant)… Des comme toi, à Avignon, sache-le, les snipers du GIGN les attendent depuis les toits, devant les salles de spectacles. Et ils ne les louperont pas.

Cela dit, comment la Société des Auteurs Dramatiques peut-elle reculer devant ces abrutis à trois grammes de cervelle, ces empaffés d’ignorants qui se réclament d’un dieu pour perpétrer des actes innommables, un dieu qui comme tous les dieux n’est qu’une créature des hommes, une fiction certes convaincante -à voir la réussite historique de ces légendes farfelues- mais assassine, génocidaire, fasciste. Des fables à l’adresse des imbéciles, des crédules, des fables oui, mais avec du sang plein les mains, qui ne cessent de semer le feu et le fer parmi les hommes depuis plus de 2000 ans. On ne le dira jamais assez. Tous complices, tous des saloperies, indistinctement : chrétiens, musulmans, juifs, boudhistes, qui depuis des siècles assassinent en masse, déportent, esclavagisent, dépossèdent, violent, mutilent, exécutent au nom de leurs putains de religions… Tous assassins.

Comment donc la SACD, cette structure qui est censée représenter et défendre les artistes, baisserait t-elle son froc devant les barbares ? Perso, ce que j’en pense, c’est que c’est juste une débandade lamentable, un manque absolu de couilles, qui la décridibiliserait complètement si cela devait s’avérer vrai. A l’heure où nous écrivons ce 15 juillet -14h54-, nous n’en savons rien encore… Mais bon.

Tout ça pour dire que franchement, dans ces temps de merde où se développe le pire des fumiers de l’humanité, ces illuminés se réclamant de ces putasseries de religions qui empoisonnent les hommes depuis l’aube des temps, une SACD devrait au contraire montrer ses couilles, et ne pas renoncer, à l’image d’Olivier Py -et « dieu » sait qu’ici nous n’avons jamais manqué une occasion de le critiquer- qui bien évidemment et tant mieux ne bougera pas un iota du déroulement du IN, communiqué à l’appui publié dès ce matin. En voilà un -et quelque soit ce que l’on pense de lui ou de sa programmation- qui a des couilles, lui.

On ne capitule pas. Voilà le sens de l’Histoire. On ne se met pas à genoux devant une insignifiante bande de pauvres mecs, de minuscules dégénérés, de pauvres débiles sans cervelle. On a des couilles, et on tient front. Point. On fait le Festival. On fait tous les festivals. On ne s’agenouille pas. Jamais. Devant quiconque, ni rien.

Des couilles, voilà ce qu’il nous faut.

A. Héliot

Publicités
Comments
One Response to “« NUIT ROUGE » : DES COUILLES, VOILA CE QU’IL NOUS FAUT !”
  1. brassart dit :

    donc ce n est absolument pas une question d argent ,c est juste une question de couilles…