« RICHARD III », LA TROUP’MENT, THEÂTRE DE L’ALIZE

richard

LEBRUITDUOFF – 17 juillet 2017

Richard III – La Troup’ment – Théâtre de l’Alizé – 22h45

La compagnie grenobloise La Troup’ment s’empare de Shakespeare avec un Richard III bien personnel.S’attaquer à un tel monument du théâtre n’est pas chose aisée et c’est d’ailleurs le caractère culotté de la démarche qui nous a tenté : une pièce de 2h15 au OFF, qui plus est Richard III, pour quatre comédiens et quatre comédiennes, par une jeune compagnie qui a plus l’habitude de s’attaquer à des textes contemporains.

Les costumes sont mi-classique, mi-contemporain, mi-collerette, mi-punk, mi-dentelle, mi-cuir… Le décor est composé de trois grands modules aux motifs de pierres avec une porte rouge et d’un solen damier entre carrelage de cuisine et échiquier. Autrement dit, c’est plutôt kitsch.Toutefois, pour ce projet de festival, la compagnie a été obligée d’adapter le spectacle à un espace beaucoup plus restreint que celui dont elle dispose à Grenoble et y perd donc peut-être un peu d’un point de vue esthétique.

Le spectacle démarre de manière assez classique. La traduction de Francois Victor Hugo, pas très poétique mais claire, est plutôt respectée. Richard III est très convaincant et les autres personnages sont bien dessinés mais nous avons été dérangés par la tendance des comédiennes à forcer la voix dans les graves.Petit à petit, l’histoire prend place, l’ascension de Richard III, raccourcie donc accélérée, tourne à la parodie d’ascension politique, Richard III gagne en folie, et les comédien(ne)s commencent àprendre du plaisir.

Car c’est bien là ce qui finit par faire la différence, lorsque que le plaisir du jeu est là. Et si le but de Richard III est le pouvoir, le jeu de sa conquête est un plaisir. À partir de ce moment-là, l’histoire et ses personnages gagnent en intensité, le cadre classique des débuts se détend, les anachronismes s’immiscent dans le texte, Richard III devient plus narquois qu’un gamin, et le tout devient plus satirique. De même, les déplacements des décors et des personnages sont dynamiques, certaines scènes d’une belle esthétique, et l’ensemble en devient au bout du compte un très beau travail.

Juan Floriste

Publicités
Comments
3 Responses to “« RICHARD III », LA TROUP’MENT, THEÂTRE DE L’ALIZE”
  1. Rosellini dit :

    Nous y étions samedi soir,salle comble et public enthousiaste .à conseiller .

  2. Vic philippe dit :

    Nous y étions hier soir avec 2 amis et Nous avons pris plaisir à suivre ce Richard III très dynamique et plein d’humour… malgré l’heure tardive et la durée de la pièce. L’engagement des comédien-nes nous entraîne vite avec eux. Même si la tendance à parler très fort peut gêner, j’ai totalement adhéré au côté punky de la mise en scène et des costumes. A voir !

  3. mille dit :

    Très belle pièce, que j’ai vu lors d’une résidence à Ambérieu (01) avant leur départ pour Avignon. A voir absolument.