« MARCO POLO ET L’HIRONDELLE DU KHAN », THEÂTRE ACTUEL

marco polo

LEBRUITDUOFF – 19 juillet 2016

« Marco Polo et l’hirondelle du Khan » – Texte et mise en scène d’Eric Bouvron – Théâtre Actuel à 10h15 du 6 au 30 juillet.

Eric Bouvron, co-metteur en scène des Cavaliers (Molière du théâtre privé 2016), avait encore cette soif des grands espaces et des steppes orientales. C’est grâce à sa lecture des ouvrages portant sur la vie de Marco Polo (interprété par Kamel Isker) et sa fascinante rencontre avec Kublai Khan (interprété par Laurent Maurel) que le metteur en scène décide de monter « Marco Polo et l’Hirondelle du Khan ».

Marco Polo est accueilli par le souverain kublai Khan, petit-fils de Ghengis Khan, qui voit en ce jeune homme le pion nécessaire à son jeu politique et à son désir d’expansion. La pièce conte cette rencontre mais avant tout le jeu de l’amour et du pouvoir lorsque Marco Polo tombe amoureux de l’une des femmes du souverain (interprétée par la très touchante Jade Phan-Gia), celle qu’il appelle « son hirondelle ».

Eric Bouvron s’est entouré pour cette création d’une chanteuse lyrique mezzo-soprano (Cecilia Metzer) et de deux chanteuses mongoles (Ganchimeg Sandag et Boushigmaa Santaro), magnifiquement costumées et nourrissant l’imaginaire des spectateurs dans des créations sonores frôlant parfois le lexique sonore chamanique de l’Orient et le Sacré de l’Occident. Par petites touches sonores, tantôt mongoles, tantôt occidentales, il nous ramène aussi vers l’antagonisme culturel de ces deux hommes, à la violence organique du souverain, à son machiavélisme et à la religiosité d’un Marco Polo croyant en des valeurs bien différentes.

Le décor est épuré, au centre un simple lit revêtu d’une fourrure et le reste, vide, sera l’espace nécessaire aux comédiens et chanteurs, drapés dans de magnifiques costumes, pour développer un jeu basé avant tout sur notre imaginaire et une poésie orientale.

Laurent Maurel interprète un souverain violent, animal et jaloux, pouvant tour à tour passer d’un lion, désireux de manger le monde, à un politique retors. Face à lui Kamel Isker nous offre un Marco Polo tout en fraîcheur, quasi juvénile, et subjugué par la beauté de l’hirondelle, interprétée avec justesse et poésie par la magnifique Jade Phan-Gia.

Cette pièce d’Eric Bouvron, à voir dans ce Festival Off 2016, est un poème épique dont le texte et les chants ouvrent nos cœurs aux grands espaces et aux amours tragiques.

Pierre Salles

NDLR : il est dommage que l’accueil de l’espace pro du « théâtre actuel » d’une froideur digne d’une supérette parisienne détonne cette année avec cette belle proposition. Reste à espérer que ce théâtre reprenne rapidement ses esprits.

Advertisements

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s