« TOUCHEE PAR LES FEES », DECEVANT ET INUTILE

ariane_ascaride_tiouchee_par_les_fees_avignon_20161

« Touchée par les fées » – Avec Ariane Ascaride – Théâtre du Petit Louvre – jusqu’au 30 juillet à 16h35 (relâche les mardis).

A la suite d’une prestation personnelle d’Ariane Ascaride dans le cycle « Sujets à vif » du Festival il y a deux ans, Marie Desplechin a repris et développé les souvenirs de l’actrice dans un texte mis en scène par Thierry Thieû Niang.

Ariane surgit en scène avec enthousiasme en combinaison rouge, peut-être une référence au milieu communiste marseillais dont elle est issue, avec une énergie farouche et déclame son texte avec conviction.
Nous voyons défiler son enfance marseillaise dans une famille d’origine napolitaine avec un père coiffeur et comédien amateur. Ariane baigne très vite dans le milieu du théâtre, elle rêve de s’envoler, de jouer Puck dans l’univers féérique de Shakespeare.

Elle nous parle de sa rencontre avec Robert Guédiguian, un « rouge » bienvenu dans sa famille, qui lui donnera ces magnifiques rôles dans le milieu populaire marseillais.

Ce « Roman d’une actrice » était prometteur et aurait pu donner lieu à un beau moment de théâtre à la croisée des souvenirs de l’actrice. Malheureusement la pièce manque de souffle, en particulier par les platitudes du texte et un certain humour convenu. Il y a bien quelques moments d’émotion comme la mort de la mère, ou de poésie comme la belle métamorphose en fée, mais tout le reste manque de saveur. Ariane déclame à voix haute un texte parfois inaudible dans une salle trop grande pour elle. On aimerait un peu plus de spontanéité et parfois d’intimité.

L’intention était belle mais Ariane Ascaride, qu’on aime bien et qui nous touche tant dans les films de Guédiguian, malgré son enthousiasme sur scène, n’a rien à nous apporter dans ce spectacle.

On ne peut s’empêcher de penser au fabuleux « Roman d’un acteur » de Philippe Caubère qui, un peu sur le même principe, avait illuminé le Cloître des Carmes en 1993 au cours des 35 heures d’un spectacle fascinant qui paraissait malgré tout moins long que cette heure inutile que nous propose Ariane.

JLB

Publicités
Comments
One Response to “« TOUCHEE PAR LES FEES », DECEVANT ET INUTILE”
  1. Thoraval dit :

    les Confessions de Saint Augustin, par la compagnie du Théâtre du Partage : je m’attendais à voir du théâtre, je tombe sur un prédicateur, qui après la lecture enchaîne sur un commentaire aussi fastidieux qu’inutile. Et qui de surcroît nous engueule, quand nous quittons la salle, lassés de tant de prêche, pour aller voir un autre spectacle, car, nous dit-il, courir de spectacle en spectacle, c’est se soumettre à la société de consommation. Ben heureusement qu’il y en avait d’autres! 2 h d’ennui total.