AU GILGAMESH : « L’A-DEMOCRATIE », TRYPTIQUE POLITIQUEMENT INCORRECT

LEBRUITDUOFF.COM – 9 juillet 2017

Théâtre 11- Gilgamesh-Belleville; L’A-Démocratie de Nicolas Lambert, triptyque en 3 volets, du 6 au 28 juillet; # Bleu : Elf, la pompe Afrique – les lundis et vendredis # Blanc : Avenir radieux, une fission française – les mercredis et samedis # Rouge : Le Maniement des larmes – les jeudis et dimanches.

L’A-Démocratie : Triptyque politiquement non correct dans les coulisses de la Vème

Mon dieu qu’il fait (serait ?…) bon vivre en démocratie… même si elle est « le pire des systèmes, à l’exclusion de tous les autres » selon la célèbre saillie de Winston Churchill, le même qui ne voyait l’Histoire – aux antipodes des analyses marxistes – qu’ « au travers » des actes de bravoure des « grands hommes ». Les « grands hommes », Nicolas Lambert, l’homme-orchestre de ce pamphlet documentaire réalisé à partir des vraies paroles des protagonistes, il les connaît sur le bout de sa langue déliée, et leurs « travers » il les dévoile avec une jubilation contagieuse. Ici rien de fictionnel, que des documents rigoureusement collectés et tous frappés du sceau officiel de la RF.

En trois volets de douze mille mots et de deux heures chacun, pouvant être vus dans l’ordre souhaité, se glissant dans la peau d’une cinquantaine de personnages à haute valeur politique, l’auteur-interprète propose une balade pertinente et haletante, flirtant souvent avec le genre du thriller, dans les arrières boutiques des cuisines de notre vénérable Vème République Française. Celle-là même dont d’aucuns se gargarisent jusqu’à plus soif, refusant à d’autres – demandeurs d’asile – ce privilège acquis par la naissance. Et sa malice de patriote dévoué à la cause du peuple, sans lequel la Démocratie ne serait qu’un ersatz sans avenir, va jusqu’à dénommer Bleu (Elf, la pompe Afrique), Blanc (Avenir radieux, une fission française), Rouge (Le Maniement des larmes), les trois parties recouvrant trois domaines régaliens chéris par les hommes de/au pouvoir, à savoir le pétrole, le nucléaire et le commerce juteux des armes.

La dernière création, « Rouge (Le Maniement des larmes) », donne à voir et à entendre ce qui se passe dans les arcanes de l’art magique d’un abus de pouvoir caractérisé, un délit « en réunion » des plus secrètes puisqu’il s’agit là d’un domaine à la discrétion de l’exécutif – le parlement est mis de fait hors-jeu -, celui du commerce des armes, riche en intermédiaires et commissions versées, et celui non moins juteux des rétro commissions attachées à ces transactions secrètes.

Vous souvenez-vous de l’attentat de Karachi au Pakistan en 2002 ? Onze Français travaillant pour les constructions navales y avaient trouvé la mort. Le kamikaze qui était à l’origine de l’explosion du bus militaire qui les transportait avait été alors identifié comme membre d’Al-Qaïda… Or, documents certifiés à l’appui, il s’agirait de représailles des services secrets pakistanais à l’encontre du gouvernement français qui, après qu’Eduard Balladur eut empoché les rétro-commissions ayant alimenté sa campagne électorale de 95, voyait Jacques Chirac, réélu président en 2002, mettre brutalement un terme aux commissions encore dues au Pakistan pour services rendus à la France. On ne plaisante pas avec le code de l’honneur de la parole donnée chez les tontons flingueurs…

De même, avez-vous gardé trace de l’assassinat mystérieux en 2011 du Colonel Kadhafi, assassinat faisant suite à la libération en 2007 des infirmières bulgares grâce à l’intervention d’une certaine Cécilia Sarkozy ? L’hypothèse qu’il s’agirait là d’un acte des services secrets français pour empêcher tout interrogatoire concernant les liens secrets qu’entretenait le Guide suprême de la Lybie avec Nicolas Sarkozy (financement de sa campagne présidentielle de 2007 contre, en échange de bons procédés, l’aide au nucléaire « civil » accordée à La Lybie) semble prendre corps.

En reconstituant ainsi minutieusement, casques sur les oreilles et livre (L’Etat trafiquant) de Jean-Pierre Lenoir à l’appui, les enregistrements et écrits des agents des renseignements généraux – rushs livrés par les précieuses poubelles de l’Histoire – et en citant les discours officiels des personnalités en vue, tout est dit. A nous maintenant de l’entendre (ou pas !)…

Ce thriller grandeur réelle est d’autant plus prenant que Nicolas Lambert a le don d’imiter les tics langagiers, le timbre de voix et les comportements singuliers des « acteurs » de la vie politique. Le double menton d’Edouard Balladur, les tics épauliers de Nicolas Sarkozy, le phrasé de Michel Rocard, la parole virile de Michèle Alliot-Marie, la voix fluette d’Anne Lauvergeon (présidente d’Areva), le ton persifleur du journaliste de RMC Jean-Jacques Bourdin, etc. sont passés à la moulinette de l’artiste pour faire d’eux des personnages plus vrais que leur original.

Le résultat est une forme très fouillée – au risque peut-être de créer un électrochoc trop violent pour ceux, au cœur battant principalement à droite, qui découvriraient le pot aux roses des vicissitudes liées aux tentations de l’exercice du pouvoir – donnant à « réfléchir » les pratiques obscures de notre démocratie, troisième exportatrice mondiale d’armes, gangrénée par le trafic d’intérêts attachés à ce type de commerce souterrain. Et tout autant qu’elle libère notre sens critique au-delà de son parti pris assumé, cette forme ludique construite comme un show, nous rend délicieusement captifs – théâtralement parlant, « dommage collatéral » ! – au son d’une contrebasse rythmant l’épopée de la réalité mise en jeu. Aux (l)armes citoyens, le jour de vérité est arrivé…

Yves Kafka

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s