« J’AI BIEN FAIT ? « , QU’AI-JE FAIT DE BIEN POUR LE MONDE ?

LEBRUITDUOFF.COM – 23 juillet 2017

AVIGNON OFF : « J’ai bien fait ? » – De Pauline Sales – 11 Gilgamesh Belleville – du 6 au 28 juillet 2017 – 17h30

Qu’ai-je fait de bien pour le monde ?

Ils sont quatre confrontés à la question du but de leur vie. Valentine, la quarantaine, mariée, mère de famille, professeur. Elle débarque sans prévenir dans la vie de son frère, plasticien, qu’elle n’a pas vu depuis des années. Elle y retrouve par hasard une ancienne élève. Bien que dotée de qualités artistiques elle fait des ménages. Quand au mari de Valentine, biologiste reconnu il court après sa femme qui n’a plus de goût.

Quatre individus à différents âges de la vie, à différents stades de leur évolution professionnelle, avec la même quête de sens. Ils expriment leur colère, leurs frustrations, leurs désillusions. Chacun se sent dépossédé, vidé par une absence (de l’autre, de perspective positive), avec le goût amer de l’échec (scolaire, familial, professionnel, social) et le poison du doute qui paralyse toute tentative d’aller de l’avant. Bilans personnels, constats sur la société. Et pour chacun le souci de faire de son mieux, même si le mieux n’évite pas les catastrophes.

La pièce de Pauline Sales questionne l’individu. L’auteur remarquée précédemment pour « En travaux » conçoit le théâtre comme « un outil immédiat de confrontation à soi-même ». Sans violence, dirigeant ses acteurs avec précision, sans vouloir donner de leçon, avec une pointe d’humour caustique, s’adressant à tous ceux qui essaient de faire correspondre l’intérieur avec l’extérieur, elle amène le spectateur à s’identifier à ses personnages, à se poser les mêmes questions, à trouver sa propre réponse à la question : et moi, je ferai quoi ? Ça me ramène à quoi ?

Les quatre comédiens sont d’une grande justesse. Avec sensibilité ils expriment les fragilités de leur personnage, leur forces aussi. Le spectateur s’identifie à leur parcours, à leur réflexion. La scénographie reflète la confusion intérieure, le besoin de réconfort. Tout concours à cheminer vers un message positif que l’on emporte avec soi, qui résonne plusieurs jours après.

Christine Eouzan

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s