AVIGNON OFF 18 : « UNDER ICE », FALK RICHTER / ARTURAS AREIMA, A LA MANU

AVANT-PREMIERE AVIGNON OFF 18 : UNDER ICE – de Falk Richter – Cie Arturas Areima, Vilnius (Lituanie)- durée : 1h50 Trajet navette compris – du 8 au 24 juillet, relâche le 12 et le 19 juillet – à La Manufacture 3 (Saint-Chamand) à 10h30 – spectacle joué en Lituanien sous-titré en Anglais et Français

Le centre du monde sous la glace est la salle de conférence. Il n’y a pas d’amour ici, tout le monde se soucie seulement de la productivité. Le personnage principal, consultant en affaires, Monsieur Nobody, ressent toujours la pression des autres. Les attentes de la famille et des collègues poussent constamment Mme Nobody à survivre comme si elle était piégée. Pas à pas La vie de Mr Nobody se déroule à travers la pièce, où le lieu de travail est le plus important et l’identité personnelle disparaît car Mr Nobody est constamment sollicité pour être efficace et s’adapter. Est-il possible, dans de telles conditions, de trouver un équilibre entre la personnalité et les besoins de l’organisation, de la société ?

La pièce est écrite par Falk Richter, l’un des écrivains de théâtre les plus importants de sa génération en Allemagne, dont les œuvres sont connues et appréciées dans toute l’Europe. Dans ses pièces, il analyse l’état physique et mental de l’individu et la situation politique générale dans la culture occidentale contemporaine.

Richter parle de l’élite du monde économique, de la façon dont les gens pensent et comment ils travaillent, des conséquences des actions de ces gens. Il est préoccupé par l’idéologie de l’efficacité et de la croissance économique, leur influence sur la vie des gens ordinaires. Les textes de Richter survivent et réfléchissent, agissant comme réalité et cinéma en même temps, peuvent être considérés à la fois comme de la politique et de la poésie.

Pendant la production de la pièce de théâtre, le dramaturge a utilisé environ 100 heures de matériel documentaire pour regarder des consultants en affaires.

The center of the world under the ice is the conference room. There is no love here, everyone only cares about productivity. The main character, business consultant Mister Nobody, always feels the pressure of others. The expectations of family and colleagues constantly pushes Mrs. Nobody for survival as if he was trapped. Step by step Mrs. Nobody’s life is laid out through the play, where the workplace is the most important and personal identity disappears because Mrs. Nobody is constantly required to be effective and adapt. Is it possible, in such conditions, to strike a balance between the personality and the needs of the organization / society?

The play is written by Falk Richter, one of the most important theater writers in his generation in Germany, whose works are known and appreciated throughout Europe. In his plays, he analyzes the physical and mental state of the individual and the general political situation in contemporary Western culture. Richter writes about the elite of the economic world, the way people think and how they work, the consequences of these people’s actions. He is concerned about the ideology of efficiency and economic growth, their influence on the lives of ordinary people. Richter’s texts are surviving and reflecting, acting as reality and cinema at the same time, can be considered both politics and poetry. During the production of the play, the playwright used about 100 hours of documentary material to watch working business consultants.

Artūras Areima: « People of the Western culture are able to work very well in their field of professional life, but they may get lost in the unusual everyday situations. People are narrowing and mechanizing, forgetting simple, human-minded things. A profession takes their lives. Some want to change something, but afraid of losing what they already have. After all, if you are not rich today, you’re not promising, then there’s nothing. Because of work and career, people forget their childhood dreams, and instead of following their inclinations, they create plans and live up to them – they do what they need. So they get lost in their own lives and try to get along. It’s interesting to see if, as a result of this, a person can still change something in his life. « 

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie